Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Macky Sall déroule le tapis rouge à Cellou Dalein Diallo et fâche Alpha Condé

Le 27 septembre dernier, le chef de l’Etat guinéen Alpha Condé prenait la décision unilatérale de fermer ses frontières avec le Sénégal et la Guinée Bissau, deux pays voisins. Ce, sans que les raisons officielles d’une telle mesure diplomatique ne soient expliquées du coté de Conakry. Six jours plus tard, le «Témoin » est en mesure de révéler les dessous de cette rupture subite. Le Sénégal aurait mis les petits plats dans les grands en déroulant le tapis rouge à Celein Dalein Diallo lors d’un récent séjour de ce dernier à Dakar.



Entre Dakar et Conakry, la connexion est à son plus faible niveau. Le président de la Guinée, Alpha Condé, a, unilatéralement, décidé de fermer les frontières de son pays avec le Sénégal et la Guinée Bissau, la semaine dernière. Un geste que beaucoup d’observateurs avertis placent dans le cadre des relations souvent heurtées entre le chef de l’Etat guinéen et son homologue sénégalais, Macky Sall. surtout dans le contexte actuel où règne, en Guinée, un climat pré-électoral tendu sur fond d’un «forcing » constitutionnel perpétré par Alpha Condé pour briguer un 3ème mandat. selon nos informations, dès l’entame de la campagne présidentielle en Guinée, le candidat Cellou Dalein Diallo a débarqué à Dakar. Un séjour de deux jours durant lequel l’opposant et principal adversaire du président guinéen à la présidentielle de novembre prochain aurait bénéficié de privilèges pratiquement de chef d’Etat. Ce fut le cas à l’Aéroport international Blaise Diagne (AIbd) où, après sa descente de l’avion, l’opposant a eu droit au tapis rouge jusqu’au salon d’honneur.

Bien informé, de l’autre côté de Conakry, Alpha Condé qui suit de près tous les déplacements de son opposant, recevait le compte rendu de ces honneurs faits à son ennemi juré et qui sonnaient pour lui comme un coup de poignard. En plus de constituer, selon lui, une intolérable ingérence de la part du Sénégal dans le processus électoral en cours dans son pays. dans une colère noire, le président guinéen n’a pas trouvé mieux que de fermer ses frontières avec le Sénégal en guise de protestations. Toutefois, de sources bien renseignées, malgré tous les égards auxquels il a eu droit, le leader de l’UFDG (Union des forces démocratiques de Guinée), Cellou Dallein, n’aurait pas pu rencontrer le président Macky Sall. Les raisons ? «D’une part, le chef de l’Etat sénégalais s’apprêtait à se rendre à Bissau pour honorer l’invitation du président Oumar Emballo à la célébration de la fête de l’indépendance de ce pays. D’autre part, Dakar n’était pas prêt à assumer officiellement son soutien à l’opposant guinéen pour ne pas envenimer les liens déjà très tendues avec Conakry », renseigne une source tapie dans les arcanes du pouvoir. Or, d’autres sources proches du même pouvoir soutiennent exactement le contraire, à savoir que Macky aurait accordé une audience très discrète à Dallein.

Au fond, le président Macky Sall serait-il dans une position inconfortable en soutenant un homme politique engagé contre un troisième mandat, alors que lui-même joue dans le clair-obscur en ce qui le concerne sur un tel débat ? Toujours est-il que d’après nos informations, le candidat à la présidentielle n’est pas rentré bredouille en Guinée. Il aurait été reçu par des hommes de l’ombre du président dépêchés pour le dernier briefing assurant le soutien de Dakar en faveur de sa candidature à la tête de la Guinée.

A la frontière, le matériel de campagne du candidat Cellou Dalein, arraisonné par les forces de l’ordre guinéennes
Il faut noter que la décision du chef de l’Etat guinéen de fermer les frontières entre son pays et le Sénégal relève aussi d’une machination électorale qui risque de constituer un coup de grâce politique infligé à son opposant, Cellou Dallein Diallo. du côté de la frontière, précisément au village Carrefour Linkering, situé dans le département de Vélingara, des sources sur place nous ont informé de l’interception d’un impressionnant cortège par les forces de l’ordre guinéen. En effet, pour contourner l’embargo interne dont son équipe fait l’objet dans son pays, l’opposant et ses proches s’étaient tournés vers le Sénégal pour l’achat de matériel de campagne ! «Pour les préparatifs de cette campagne présidentielle, nous avions acheté du matériel de campagne au Sénégal que nous comptions acheminer en Guinée. Il s’agissait de la logistique et de t-shirts aux effigies de notre candidat Cellou Diallo. Nous avions loué 5 camions pour les besoins du transport de ce matériel. Tous ces préparatifs nous ont coûté 800 millions de francs. C’est ce lourd dispositif électoral que le président Condé refuse de voir entrer dans le territoire guinéen » soupire un membre de l’équipe de campagne du candidat guinéen.

L’autre raison qui a conduit Alpha Condé à décider que les Guinéens du Sénégal et de l’Angola ne pourraient pas participer à ce scrutin, c’est qu’ils sont majoritairement Peulhs. Et qu’à Dakar, par exemple, Cellou Dallein Diallo l’a régulièrement écrasé à toutes les élections. Convaincu que Macky Sall, un Hal Pulaar, ferait partie d’un complot peulh avec Dallein, le vieux combattant devenu autocrate est donc devenu paranoïaque concernant tout ce qui vient du Sénégal. A preuve, s’il en était besoin, par cette fermeture ubuesque des frontières avec le Sénégal mais aussi avec la Guinée Bissau où, horreur !, là aussi c’est un président peulh qui est aux commandes. Un président, Oumar Emballo, qui ne fait pas mystère de sa détestation d’Alpha Condé qui plus est ! 

Le Témoin

AYOBA FAYE

Vendredi 2 Octobre 2020 - 15:15


div id="taboola-below-article-thumbnails">

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter