Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Mamadou Diop Decroix: "Utiliser le devoir de réserve des magistrats pour les faire taire, c'est inacceptable"



La séance plénière de vote du budget national 2020-2021 se poursuit. Après le passage de plusieurs ministres, c'est autour du ministre de la Justice, Me Malick Sall de se présenter devant les députés de l'hémicycle ce mercredi, pour le vote du budget de son département. Prenant la parole, le député de l'opposition, Mamadou Diop Decroix a déploré l'utilisation du devoir de réserve des magistrats pour leur imposer un silence.
 
« Pour le droit de réserve des magistrats, ils ont un devoir de réserve. Mais si on utilise ce devoir de réserve des magistrats pour leur imposer un silence par rapport à un certain nombre de faits anormaux, c’est inacceptable. On a dit que beaucoup de gens profitent de la grâce présidentielle. On dit également que l’offense au Chef d’Etat, il n’est pas nécessaire de l’enlever. Ce qui montre la superpuissance de l’Exécutif. Et par conséquent, il dément le fait que le système judiciaire ne puisse pas marcher », a martelé Mamadou Diop Decroix.
 
Poursuivant ses propos, le chef de parti politique sénégalais de gauche, And-Jëf/Parti africain pour la démocratie et le socialisme (AJ/PADS) d'ajouter: « J’ai le sentiment que le pouvoir politique utilise ses faiblesses pour aller dans le sens d’assainir le système, pour mieux maîtriser le secteur. Evidement ça crée des problèmes. Le Président Abdoul Aziz de la Mauritanie s’est plaint de la justice de son pays. Qu’il a été kidnappé, c’est comme ça. À chacun son tour chez le coiffeur ».
 
Mamadou Diop Decroix est convaincu que « nous gagnerions tous, si véritablement, on travaillait pour la paix, la stabilité, la sérénité dans le pays. Si on travaillait à faire en sorte que la justice soit une justice pour tous, et non une justice pour ceux qui gouvernent ».
 
Évoquant la Cour de Répression de l'Enrichissement illicite (CREI), Decroix dit croire qu’il faut évoquer le cas Khalifa Sall et Karim Wade. « Khalifa Sall et Karim Wade, il faut les restituer leurs droits civique et politique », a-t-il demandé.


Mercredi 2 Décembre 2020 - 16:16


div id="taboola-below-article-thumbnails">

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter