PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)




Mort de Mouhcine Fikri: le calme revient au Maroc, après plusieurs arrestations

Au Maroc, la situation commence à s'apaiser, cinq jours après la mort tragique, vendredi 28 octobre, de Mouhcine Fikri, ce poissonnier d'une trentaine d'années broyé dans une benne à ordures dans la ville d’Al-Hoceima, dans le nord-est du royaume. Ces derniers jours, les manifestations se sont succédé pour réclamer justice, alors que le parquet évoque un accident. Onze personnes ont été présentées à la justice ce mardi 1er novembre et 8 d'entre elles ont été placées en détention préventive.



Parmi les personnes interpellées, il y a des fonctionnaires locaux du ministère de la Pêche et des agents du ministère de l’Intérieur qui ont été présentés à la justice. Des interpellations qui ont permis de détailler la chaîne de responsabilité dans le drame de vendredi 28 octobre à Al-Hoceima.
 
Il fallait en effet déterminer qui avait permis la sortie du port de la marchandise - du poisson impropre à la consommation - et comment s’étaient déroulées la saisie et l’opération de destruction de la marchandise du poissonnier ambulant.
 
Les conclusions préliminaires rapportent plusieurs infractions de la part de ces responsables, accusés notamment d’homicide involontaire, même si on ignore toujours comment a été actionnée la benne à ordures.
 
Les premiers résultats de l’enquête montrent qu’il s’agit probablement d’un accident, c’est en tout cas ce qu’a voulu dire et a insisté le parquet sur ce point. Et cela pour couper court aux rumeurs qui accusaient un agent de l’autorité d’avoir volontairement ordonné d’actionner le mécanisme de compactage.
 
Soulagement de la famille de la victime
 
D’ores et déjà, la famille de la victime s’est elle-même dite soulagée des premiers résultats de cette enquête express, qui a été menée au pas de charge sur instruction du roi Mohammed VI.
 
L’arrestation des responsables présumés répond en effet à l’exigence de justice formulée par les protestataires. Les militants des droits de l’homme confirment à RFI que la colère devrait s’apaiser dans les prochains jours. Ils n’excluent pas toutefois des rassemblements en fin de semaine.
 
Ce mardi 1er novembre, aucun rassemblement n’a en tout cas été enregistré dans la capitale Rabat, ni dans les villes moyennes comme Tanger. Et les cortèges ont aussi baissé d’intensité dans la ville où s’est déroulé le drame, Al-Hoceima. Depuis dimanche et les rassemblements monstres, on est un petit peu loin de la mobilisation des derniers jours.
 
L’enjeu pour les autorités aujourd’hui, c’était bien sûr de mettre fin à cette crise de confiance entre les autorités et les citoyens, à quelques jours de l’ouverture de la COP22 qui démarre ce lundi 7 novembre à Marrakech.
 
Sincèrement, je ne pense pas que la personne du roi a été touchée. Il n'y a jamais eu de mention du roi, de la monarchie ou du palais.
Pas de menace apparente pour Mohammed VI

Rfi.fr

Mercredi 2 Novembre 2016 - 14:51



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter