Ouganda: première audience du chef des rebelles ADF Jamil Mukulu

Alors que des massacres dans l'est de la RDC ont régulièrement lieu et sont le plus souvent attribués au mouvement rebelle des Forces démocratiques alliées mieux connues sous le nom d'ADF, l'avant-procès de son chef Jamil Mukulu débute ce lundi 14 mai à Kampala. Arrêté en mars 2015 en Tanzanie, le numéro 1 de la rébellion ADF avait été remis à l'Ouganda alors que la RDC a toujours réclamé son extradition. Trois ans ont passé avant que le chef rebelle soit enfin présenté devant la justice.



Cet Ougandais, mauvais à l'école selon un de ces anciens camarades, avait dû se résoudre à abandonner les études dès son jeune âge. C'est alors qu'il travaille auprès d'une famille musulmane d'obédience Tabligh qu'il aurait été initié à cette version rigoriste de l'islam. Il part se former au Pakistan, au Soudan et en Arabie saoudite.
 
Jamil Mukulu fonde le mouvement ADF en 1995, un groupe fondamentaliste qui veut renverser Yoweri Museveni et instaurer un régime religieux en Ouganda. Le groupe s'établit à la frontière avec la RDC où ils sont très actifs de part et d'autre et commettent de nombreuses exactions. Mukulu, lui, est arrêté en 2015 en Tanzanie, où il menait, semble-t-il, une double vie, de revendeur de voitures.
 
Après 3 ans d'emprisonnement à Kampala, s'ouvre donc ce lundi l'avant-procès de Jamil Mukulu qui devrait durer 30 jours. La justice ougandaise va devoir décider si elle peut juger ou non le chef rebelle. Et si oui, pour quels chefs d'accusation. La Cour devrait notamment examiner ceux de crime contre l'humanité, de terrorisme, de meurtres et de vols aggravés.

Rfi.fr

Lundi 14 Mai 2018 - 10:55



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter