Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Oumar Gueye sur les inondations : « l’eau est source de développement et nous avons besoin de pluie »



Sous le feu des critiques, après avoir déclaré en mai dernier que 85% des travaux liés à la lutte contre les inondations à Keur Massar ont été réalisés, le ministre du Désenclavement et des Collectivités territoriales, Oumar Gueye a avoué à l’émission « Objection » de Sud Fm, qu’il « y a des difficultés et il ne faut pas les nier ». Il a déclaré que « l’eau est source de développement et nous avons besoin de pluie ».

« Il y a des zones qui sont inondées, c’est une réalité au niveau du pays. Il y a certains départements, certaines régions, certaines communes y compris dans la région de Dakar où il y a effectivement des inondations », a-t-il avoué. 

« Ce n’est pas quelque chose qui est propre au Sénégal. Nous avons vu ce qui s’est passé tout récemment en Allemagne avec 200 morts, en Belgique avec une quarantaine de morts, en Indonésie, en Chine… un peu partout dans le monde, deux éléments fondamentaux pour l’homme sont en train de se transformer en difficultés, c’est le feu et l’eau », a tenté relativiser le porte-parole du gouvernement.

Pour lui, « l’eau également est source de développement et nous avons besoin de pluie ». Interpellé sur la capacité du gouvernement à régler ce problème qui devient récurent, Oumar Guèye a estime que le plan décennal (2012-2022) de lutte contre les inondations a déjà pris en charge un certain nombre de problèmes liés à ce phénomène. 

« Pour la première fois au Sénégal, avec l’avènement du président Macky Sall, nous avons un Plan décennal de lutte contre les inondations depuis 2012 et qui va se terminer en 2022. Ce plan décennal a pris en charge beaucoup de questions liées aux inondations. C’est vrai que nous sommes tous concentrés vers les zones inondées mais nous ne nous rappelons pas des zones qui étaient inondées avant et qui ne le sont plus », a-t-il soutenu.

En exemple, il a cité « le rond-point de la Rts, Dalifort, Gounass ». Des zones qui, selon lui, ont eu un traitement particulier. 


Salif SAKHANOKHO

Dimanche 22 Août 2021 - 14:00


div id="taboola-below-article-thumbnails">

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter