PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)




RDC: à quoi va servir l'enquête administrative de l’ONU?

En RDC, on attend l'arrivée dans les prochains jours d’une équipe d'enquête administrative de l’ONU suite à l'assassinat de deux de ses experts en mars dernier. Près d'un mois après avoir été constituée, quel sera le rôle de cette équipe de six personnes alors que l’ONU a, pour la première fois mardi 23 mai, mis en doute les conclusions de l’enquête menée par la justice militaire congolaise. La mission de l’équipe onusienne sera-t-elle d’enquêter sur la gestion en interne de ce drame et le respect des procédures onusiennes ou plus que ça ?



C’est bien une enquête administrative que les six membres de l’équipe onusienne vont mener en RDC. Leur mission sera de vérifier si les protocoles de sécurité de l’ONU ont été respectés par les experts assassinés mais aussi si des erreurs ont été commises en interne dans la gestion de ce drame. Cette procédure est automatique, à chaque incident qui vise un salarié de l’ONU une équipe est chargée d’enquêter sur l’incident en interne.
 
Mais dans le cas des deux experts suédois et américains tués début mars, l’ONU assure qu’elle va faire plus : se pencher sur les procédures mais aussi chercher à identifier les responsables de cet assassinat.
 
Pour preuve, affirment des sources onusiennes, la composition de l’équipe, avec à sa tête un ancien chef de la sécurité du département d’Etat américain, ex-chef aussi de l'agence en charge de la sécurité à l’ONU ; mais aussi cinq anciens employés des Nations unies de haut niveau. Reste que beaucoup s’interrogent sur le temps pris par l’ONU avant de se rendre en RDC : plus de 2 mois après l’assassinat des experts. Sur leur capacité aussi à faire la lumière sur les circonstances du meurtre alors qu’aucun des enquêteurs ne connait vraiment le pays.
 
L’objectif final est de faire un rapport au secrétaire général de l’ONU d’ici le 31 juillet. Des informations qui aideront Antonio Gutteres à décider de la nécessité ou non de créer une commission d’enquête à part entière.
 
■ Les autorités congolaises en colère
 
Le gouvernement congolais s'en prend à certains membres du Conseil de sécurité de l'ONU. Le Conseil s'était réuni mardi pour discuter de l'enquête congolaise sur le meurtre des deux experts des Nations unies. L'ONU a mis en doute les conclusions de cette enquête. Le ministre congolais des Affaires étrangères, Léonard Shé Okitundu, ne décolère pas. Pour lui, pas question qu'il y ait une enquête internationale dans cette affaire.

Rfi.fr

Jeudi 25 Mai 2017 - 09:45



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter