RDC: face aux cas d'Ebola, la riposte s'organise dans la province de l'Equateur

Le ministre de la Santé, le docteur Oly Ilunga Kalenga, a tenu jeudi 10 mai un point presse sur la nouvelle épidémie d'Ebola qui sévit dans la province de l'Equateur, dans l'ouest du pays. Selon des sources humanitaires et médicales, les débuts de l'épidémie pourraient remonter à plusieurs mois. Les autorités ont, de leur côté, donné un nouveau bilan qui couvre la période du 8 au 10 mai. Elles font état d'un décès et de onze cas de fièvre hémorragique. Mais tous ne sont pas positifs à Ebola : sur cinq personnes ayant fait l'objet d'analyses, deux ont été confirmées positifs au virus Ebola.



Les deux cas confirmés d'Ebola sont actuellement hospitalisés à l'hôpital général de Bikoro. Quant au décès, il est survenu mercredi dans le centre de santé d'Ikoko
Sur les onze cas suspects de fièvre hémorragique recensés, trois font partie du personnel de santé.
 
« Les professionnels de la Santé étant les premiers acteurs de la riposte gouvernementale contre Ebola, cette situation nous préoccupe et requiert une réponse d'autant plus immédiate qu'énergique », a indiqué Dr Oly Ilunga Kalenga, ministre de la Santé.
 
Sur le terrain, la riposte s'organise. Une équipe de douze experts du ministère de la Santé est arrivée hier à Mbandaka, la capitale de la province de l'Equateur. L'ONG Médecins sans Frontière a également déployé du personnel à Bikoro chargé de prendre en charge les cas suspects et de sensibiliser les populations.
 
« Il faut éviter tout contact physique avec la personne. Dans nos messages, on va aussi parler d'éviter de manger pour le moment la viande de forêt et des choses comme ça. Et là où on doit aussi bien sensibiliser la population, c'est sur les décès. Ils doivent les signaler et non pas les prendre en charge eux-mêmes »,
 
Selon les spécialistes de l'épidémie, c'est au moment du décès que les malades d'Ebola sont les plus contagieux. Le virus se transmet également par le biais des sécrétions biologiques comme le sang, la salive, les vomissements, le sperme ou encore le lait maternel.

Rfi.fr

Vendredi 11 Mai 2018 - 08:37



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter