Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Rapport de IPC sur la corruption : le Forum Citoyen relève un "certain nombre de limites" dans la stratégie



Rapport de IPC sur la corruption : le Forum Citoyen relève un "certain nombre de limites" dans la stratégie
Transparency International a publié jeudi les résultats de l’Indice de Perception de la Corruption (IPC) 2020 sur la corruption. Le Sénégal continue de stagner dans la zone rouge, en conservant son score de 45 sur 100 depuis 2016, selon le document. Mais le Forum Citoyen qui a analysé de travail, a relevé un « certain nombre de limites qui posent un réel problème de l’efficacité de la mesure de la corruption ».

Dans un document transmis à PressAfrik ce vendredi, le Forum Citoyen souligne que les indices utilisés par Transparency International se basent sur des « évaluations subjectives « de la corruption (la perception) avec des composantes souvent compactes difficiles à déchiffrer ».

Le document signé du Dr Binette Ndiaye Mbengue et son collègue Dr Ndongo Mané Kébé révèle qu’ « il reste flou quant à ce qu’un pays a fait bien ou mal dans le domaine de la corruption ». Par conséquent, de tels outils sont à utiliser avec « précaution et prudence, notamment dans la comparaison entre les pays de scores proches car les marges d’erreurs peuvent être considérables ».

Au-delà du classement des pays, ces outils, selon eux,  sont publiés avec « peu de recommandations opérationnelles » axées sur des domaines spécifiques pouvant constituer de leviers d’action pour les décideurs.  

Dans la mesure où ces indices utilisent des sources différentes pour calculer les scores des pays et procéder à des classements, Drs Mbengue et Kébé, pensent qu’ « ils tentent de construire des mesures objectives grâce à l’agrégation statistique de multiples évaluations aux approches et aux sources différentes ».

Ce qui fait jaillir, d’après eux, « un certain nombre de limites qui posent un réel problème de l’efficacité de la mesure de la corruption ». Il s’agit, entre autres, d’un « manque de validité des concepts théoriques sous-jacents d’une source à l’autre ».

Mais aussi, « d’une tentative d’extraire un facteur commun aux différentes sources sur la base de l’analyse de composantes non observées, afin de rendre possible l’indice comparable d’un pays à l’autre et de l’agrégation des sources pour la construction de ces outils  ne peut faire la distinction entre des cadres de corruption particuliers, limitant ainsi  son utilité à des fins politiques ; etc ».

Pour une étude plus efficace, le Forum Citoyen pose la nécessité de « bâtir une méthodologie plus transparente » qui permettrait  de retracer l’évolution d’une année à l’autre du niveau de corruption en identifiant le domaine (judiciaire, législative, gouvernance, liberté de la presse, accès à l’information, etc.) ayant occasionné cette évolution. Une approche qui serait à même de guider les décideurs et surveiller l’efficacité de toute politique anticorruption.
 
En conclusion, le Forum Citoyen déclare que « c’est seulement qu’à travers une telle démarche qu’il est possible de révolutionner la mesure de la corruption sur une base plus objective – parce que structurée autour d’une méthodologie scientifique empirique rigoureuse – conduisant à des recommandations à la fois spécifiques et opérationnelles pour chaque pays afin de permettre d’être plus concret et précis dans les réponses à apporter ».
 

Salif SAKHANOKHO

Vendredi 29 Janvier 2021 - 15:32


div id="taboola-below-article-thumbnails">

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter