PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)




(Revue de presse du mardi 9 janvier 2018) La coupe abusive et illégale du bois en cause en Casamance…



(Revue de presse du mardi 9 janvier 2018) La coupe abusive et illégale du bois en cause en Casamance…
La Casamance reste à la UNE de la presse après la tuerie de Bofa. L’AS informe que l’armée lance la grande offensive. La TRIBUNE dit la même chose en écrivant que la forêt de Baffa Bayotte est fouillée pour traquer les auteurs du carnage commis sur 13 jeunes forestiers. Dans L’OBS on informe que parallèlement aux opérations militaires de l’Armée, le commandement de la gendarmerie nationale a mis à contribution les pandores de la section de recherches de Colobane qui ont débarqué hier à Ziguinchor. Dans Le TEMOIN on apprend qu’une personne est portée disparue, 3 victimes sont déjà enterrées ce dimanche et les autres corps sont rendus à leurs proches hier.

Sur les causes de cette barbarie, ENQUETE pense que la coupe abusive et illégale du bois de teck dans la forêt de Bourofaye Baïnouck pourrait bien être la cause de l’attaque de samedi. SUDQUOTIDIEN est affirmatif, « il reste clair que le nœud gordien de ce massacre reste lancinante question de l’exploitation du bois vert ». Dans cette même veine et dans DIRECT INFO, le MFDC accuse le gouverneur, le chef du service des eaux et forêts, le commandant de la gendarmerie et le procureur de la zone d’être à la tête d’un vaste réseau de coupe clandestine et de vente illicite du bois teck en provenance de la forêt des Bayottes.

Sur d’autres sujets dans la presse du jour, LIBERATION informe que dans le cadre de l’enquête sur du terrorisme présumé, la section de recherches a glané des éléments assez troublants (envois d’argent, fichier, vidéos, images horribles…) qui mettent directement en cause l’imam Alioune Ndao. 

Sur l’actualité aéroportuaire, le QUOTIDIEN informe que Téranga sécurité aéroportuaire (Tas) a obtenu la licence d’exploitation du Pif (poste inspection et filtrage) à l’Aibd mais n’ayant pas le personnel requis, ce sont des agents d’Amarante et de Acces qui font l’essentiel du boulot. Le journal précise tout de même que tout se passe bien pour toutes les entités car policiers et gendarmes ne montrent aucune mauvaise volonté pour initier ceux qui sont appelés à les remplacer.

Pour les repas destinés à être convoyés à bord des avions à Diass, le journal SOURCE A informe que c’est toujours à l’aéroport Léopold Sédar Senghor où l’on cuisine pour ensuite les convoyer à bord de véhicules escortés par une agence de sécurité.

Sur les chiffres avancés par le ministre des Transports aériens après un mois d’exploitation de l’Aibd, LES ECHOS informent que ses sources parlent de 929 mouvements d’avions et non 2100 et pour les passagers 162 355 et non 200 000 contre 137 116 pour l’aéroport de Dakar à la même période.

A la UNE du SOLEIL on informe que la Senelec prévoit un investissement de 510 milliards de FCFA pour les 3 prochaines années. La société a reçu les notes AA et A1 de l’agence de notation Bloomfield qui montrent la qualité de crédit et les fondements solides de l’entreprise.

A la UNE de DAKARTIMES ce sont les transitaires qui bloquent le fonctionnement de la douane. Ils dénoncent entre autres le refus de la nouvelle direction de la douane de signer des dérogations accordées aux véhicules dont l’âge limite de dédouanement arrive à échéance à la fin de l’année, la redondance des contrôles et les enquêtes douanières. Selon le journal si la situation perdure l’Etat va perdre 3 milliards en moyenne par jour.

Dans WALFQUOTIDIEN on informe qu’Aliou Sall n’a pas encore démissionné de l’association des maires du Sénégal après sa nomination à la tête de la caisse des dépôts et de consignation. Une situation qui viole selon le journal, la loi sur l’incompatibilité du cumul de certaines fonctions.

Terminons avec L’OBS qui rappelle que voilà un an disparaissait le chanteur Ablaye Mbaye. Sa mère qui pleure toujours son fils un an après prie pour le repos de son âme au Paradis. Adja Gagne Siry Fall soutient dans le journal que par l’amitié qui liait son fils à Papa Maël Diop, ce dernier l’a amenée à la Mecque et lui a offerte une maison en construction à Diass.
 


Mardi 9 Janvier 2018 - 10:58



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter