Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Sahara occidental : le roi du Maroc fait appel au secrétaire général de l'ONU

Le roi du Maroc Mohamed VI s'est entretenu par téléphone avec le secrétaire général de l'ONU. Le souverain chérifien a fait part à Antonio Guterres de son inquiétude quant aux mouvements de troupes de membres du Front Polisario dans un « no man's land » situé aux confins de la Mauritanie et du Sahara occidental.



Il s'agit, selon les mots du palais royal marocain, d'actes destinés à « semer la zizanie » dans la région dans le contexte du retour du Maroc au sein de l'Union africaine. Selon une source marocaine contactée par RFI, la présence armée du Front Polisario dans la zone de Guergarate, au sud du Sahara occidental, remonte au mois de décembre.
 
Cette présence militaire ne serait constituée que de quelques pick-ups tout au plus. Les forces armées marocaines ont reçu l'ordre de ne pas intervenir et de ne pas céder à une quelconque provocation.
 
Tensions autour d'un « no man's land »
 
Ce n'est pas la première fois que la zone de Guergarate, un « no man's land » de six kilomètres carrés, cristallise les tensions. Séparant les postes-frontière marocains et mauritaniens sur près de trois kilomètres, elle jouxte également le « mur de sable » construit au lendemain de la guerre ayant opposé le Maroc aux militants indépendantistes du Front Polisario de 1987 à 1991.
 
En août dernier, l'armée marocaine était déjà intervenue à Guergarate pour mettre fin à des activités de contrebande et de trafic en tout genre. L'opération s'était soldée par la construction d'une route entre les postes-frontière marocains et mauritaniens.
 
A l'époque, le Front Polisario avait dénoncé auprès de l'ONU l'ingérence marocaine dans cette zone. Pour le Maroc, l'ONU doit intervenir à travers sa force d'observation, la Mission des Nations unies pour l'organisation d'un référendum au Sahara occidental (Minurso), dont la mission est aujourd'hui de faire respecter le cessez-le-feu en vigueur depuis 26 ans.
 
Stéphane Dujarric, porte-parole du secrétaire général essaie de temporiser et assure que l'ONU suit la situation de très près. « Nous sommes très concernés par l’état actuel des tensions autour de la zone de Guerguerat où il a des éléments armés du Maroc et du Front Polisario à proximité l’un de l’autre dans la zone tampon. Pour sa part, le secrétaire général demande aux deux parties de retirer leurs éléments armés sans conditions de la zone tampon le plus rapidement possible pour créer un environnement où le dialogue puisse reprendre le plus vite possible. »
 

Rfi.fr

Dimanche 26 Février 2017 - 09:26



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 23 Septembre 2018 - 18:23 Un mandat d'arrêt de la Zambie contre Koffi Olomide