Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



​L'Allemagne a rapatrié toutes ses réserves d'or de Paris

L’objectif de la Bundesbank de ramener 50 % de son or en Allemagne d’ici à 2020 est d’ores et déjà atteint…



La totalité des réserves d’or allemandes encore stockées à Paris et d’une partie de celles se trouvant aux États-Unis, ont été rapatriées en Allemagne. Ce chantier sensible a été bouclé avec près de 3 ans d’avance, a annoncé mercredi la Bundesbank.

L’opération, commencée en 2013, a permis à la banque centrale allemande de ramener près de 700 tonnes du précieux métal (374 depuis Paris et 300 de New York.) dans ses chambres fortes de Francfort. Désormais, 1.710 tonnes du métal fin y sont entreposées, 1.236 tonnes à New York (36,6 %) et 432 tonnes à Londres (12,8 %.)

New York pour le dollar, Londres pour les marchés
Les transferts, réalisés dans le plus grand secret, auront coûté 7,7 millions d’euros à la « Buba ». Les réserves d’or allemandes sont les deuxièmes plus importantes du monde (3.378 tonnes) après celles des États-Unis, pour une valeur marchande de 120 milliards d’euros.

A la fin de la Seconde guerre mondiale, l’Allemagne n’avait plus de stock d’or. Le pays a commencé à refaire sa réserve à partir du début des années 1950. Le placement de l’or à l’étranger constitue une spécificité allemande remontant à la Guerre froide. Par crainte d’une invasion soviétique, la « Buba » avait préféré stocker son « trésor » chez ses alliés occidentaux.

Les États-Unis, pays de la première monnaie mondiale et le Royaume-Uni, premier marché pour l’or, auraient notamment permis, en cas de problème, de transformer l’or allemand sur place en devises.

Stratégie financière

Mais cette délocalisation avait aussi des raisons financières : laisser son or sous la responsabilité d’une autre banque centrale permet à l’Allemagne d’économiser sur les coûts d’entretien (hygrométrie, nettoyage régulier, vérification de la qualité et des propriétés physiques).

Aujourd’hui, d’autres considérations entrent en ligne de compte. La crise des dettes souveraines de 2010 a fait craindre aux Allemands une disparition de la monnaie unique. L’effondrement des cours du pétrole a aussi contribué à attiser les peurs. Pour rassurer son opinion publique, qui allait jusqu’à douter de la réalité de ces réserves, l’Allemagne a donc décidé d’en rapatrier la moitié.

20 minutes

Jeudi 24 Août 2017 - 14:59



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter