Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



350 milliards de pertes provoquées par la covid19: le patronat hôtellerie-Tourisme réclame une amnistie fiscale

La pandémie de coronavirus a mis à genoux le secteur du tourisme/hôtellerie dans notre pays. du début de la pandémie au Sénégal, le 02 mars, à nos jours, il a perdu 350 milliards de francs. ce tableau sombre a été dressé hier par la fédération des organisations patronales de l’industrie touristique (Fopits) qui s’est réunie hier autour de son président Mamadou Racine Sy. La Fopits sonne une forte mobilisation et surtout à travers une proposition de mesures adressée à l’Etat réclame une amnistie fiscale pour 2020.



On savait que parmi les secteurs les plus touchés par la pandémie de covid-19, le tourisme/hôtellerie était au premier rang. Mais ce qu’on ignorait, c’est l’ampleur des dégâts. Les professionnels du tourisme/hôtellerie ont sorti hier les chiffres et ils font froid dans le dos. Ils parlent de pertes estimées à 350 milliards de francs. D’énormes pertes qui risquent d’installer le secteur dans une quasi-faillite. Seulement voilà, les professionnels du tourisme/hôtellerie réunis au sein du Fopits n’entendent pas baisser les bras et veulent se battre pour la survie de leur secteur.

Mardi, autour du patron de King Fahd Mamadou Racine Sy qui dirige la Fopits, le rappel des troupes a été battu. On pouvait noter la présence de la quasi-totalité des poids lourds du secteur. Il s’agit notamment de Mamadou Sow, président du syndicat patronal des agences de voyages (et boss du palm Beach hôtel), Aimé Sène, président du Groupe Fleur de Lys, Boubacar Sabaly (Syndicat d’initiative de Thiès), Pathé Dia (Teranga Saly), Samir Rahal DG Hôtel Terrou-bi, issa Barro (hôtelier à Fatick), Ibrahima Sarr (DG Hôtels Filaos Saly), Ibra Wane (président Groupe Aviation et Compagnie)... Dans ce tableau sombre, deux fleurons de l’industrie touristique (Terrou bi et King Fahd palace) annoncent chacun des pertes estimées actuellement à 9 milliards de francs.

Dans la station balnéaire de Saly Portudal, pas moins de 1137 emplois sont menacés et pourraient être perdus dans les trois prochains mois si la situation actuelle perdure. En outre, la bouffée d’oxygène venue du ministère de la Santé qui a payé les hôtels réquisitionnés pour les malades de la covid19 à hauteur de 4 milliards de francs sur un montant de 7,5 milliards de francs a été une goutte d’eau dans la mare. Les professionnels attendent donc du ministre de la Santé, Abdoulaye Diouf Sarr, le paiement du reliquat de 3,5 milliards de frs. D’ailleurs, dans le même sillage, la Fopits a appelé l’État à éponger la dette intérieure au titre des sommes encore dues aux acteurs du secteur.

Les amis de Mamadou Racine Sy ont interpellé les pouvoirs publics pour une exonération fiscale de leur secteur dans ce contexte particulier de crise sanitaire mondiale, le tourisme/ hôtellerie ayant déjà bénéficié d’une telle mesure en 2015 lors d’une situation moins grave. Cela dit, les professionnels du tourisme ont salué la diligence du président Macky Sall et de son gouvernement pour avoir facilité l’obtention d’un Crédit hôtelier qui a permis de faire face aux charges fixes notamment au paiement des salaires ; ce qui a sans doute contribué à sauver un secteur sinistré. par ailleurs, la deuxième phase du Crédit hôtelier sera bientôt lancée et concernera des fonds qui serviront aux investissements visant à embellir davantage pour rendre attractif un parc hôtelier vétuste en plusieurs endroits.

Le patronat de l’hôtellerie est conscient que même si l’Union européenne ouvrait demain les frontières, la véritable reprise de l’activité touristique ne pourrait intervenir qu’à la saison qui démarre à partir d’octobre 2021. Et encore, à la seule condition de la fin de la pandémie. Les dégâts sont très sérieux et l’environnement international n’est pas maîtrisé, font-ils valoir.

Le Témoin

AYOBA FAYE

Mercredi 23 Septembre 2020 - 10:34



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter