Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



À Dakar, les agresseurs dictent leur loi et gagnent la bataille de la Peur



À Dakar, les agresseurs dictent leur loi et gagnent la bataille de la Peur
En termes d’insécurité, Dakar va certainement ravir la vedette à des villes africaines comme Lagos, si rien n’est fait pour freiner les agressions physiques, vols à l’arrachée et cambriolages. Entre jeudi 20 mai et vendredi 21 mai, les agresseurs ont frappé fort.

Une étudiante congolaise a été tuée à HLM Grand-Yoff jeudi soir, parce qu’elle refusait de donner son sac à main au malfrat qui la menaçait avec son arme.
Un jeune homme et son épouse ont vu leur domicile cambriolé en pleine journée. Tous leurs habits et bijoux de valeur emportés (capture Twitter).

À Dakar, les agresseurs dictent leur loi et gagnent la bataille de la Peur
Une jeune fille a été attaquée et dépouillée vendredi matin, de son sac devant la banque SGBS sise au Rond-point Sacré Coeur (capture Twitter).

Trois actes barbares commis en moins de 24 heures par des malfrats au nez et à la barbe des forces de défense et de sécurité. Le camp des agresseurs a déjà remporté la bataille de la peur. Il suffit juste de faire une petite revue des plateformes sociales (Facebook, Twitter…) pour s’en rendre compte.

Les internautes sénégalais sont inquiets de la recrudescence du fléau. Mais surtout de l’inaction des forces de police qu’ils accusent d’être plus promptes à mater des manifestants qu’à traquer des agresseurs et autres bandits de grand chemin.

Le journaliste et Blogueur Aliou Sambou Bodian est catégorique. Selon lui, personne n’est en sécurité à Dakar. « Je le soulignais hier (jeudi). Personne n'est en sécurité, et quand je disais que les voleurs et agresseurs dictent leurs lois à Dakar, je pesais bien mes mots », a-t-il écrit en citant le tweet alerte de monsieur Dieme, victime du cambriolage aux Maristes.

À Dakar, les agresseurs dictent leur loi et gagnent la bataille de la Peur
« L’écart insolent entre l’extrême opulence et la galère chronique »

Pour des internautes comme « SR4 CAPTAIN » et « NDAXT », les causes du fléau sont à chercher dans l’émergence de nouveaux riches propulsés par le « fameuse » tornade politicienne.

« L'insécurité au Sénégal c'était trop prévisible. La disparité est trop visible. L'extrême pauvreté côtoie une richesse insolente et parfois ce sont des gens qu'on voit devenir trop riches en un claquement de doigts », peste NDAXT.

« Dans tous les pays où régne l'insécurité, c'est à cause de cet écart insolent entre l'extrême opulence et la galère chronique. Afsud, Naija, Brésil, Inde...Le concept de Township, Ghetto, Favelas, Bidonvilles....n'a jamais été appréciable et continuera de semer le bordel partout », corrobore SR4 CAPTAIN.


AYOBA FAYE

Samedi 22 Mai 2021 - 10:57


div id="taboola-below-article-thumbnails">

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter