Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Après trois victoires populaires, les Algériens maintiennent la pression

Les Algériens ont d’abord empêché Abdelaziz Bouteflika de briguer un cinquième mandat, puis l’ont finalement poussé à la démission. Et mardi, c’est un autre responsable, Tayeb Belaïz, président du Conseil constitutionnel qui a annoncé son départ. Mais les manifestants en veulent plus.



Avec la démission de Tayeb Belaiz, c’est un pilier du régime qui s’effondre : Vingt ans passés aux côtés de l’ancien président Abdelaziz Bouteflika.

Les Algériens se réjouissent. Mais cette démission n’est donc qu’un tiers de victoire. Tayeb Belaïz fait partie des « 3 B », avec le chef d’État par intérim Abdelkader Bensalah et Noureddine Bedoui, Premier ministre, ils sont la bête  noire des Algériens. La joie du peuple ne sera entière que lorsque ce trio au complet  aura été chassé, répètent inlassablement les Algériens lors des manifestations.

À Alger, certains partis de l’opposition applaudissent : le « système » montre des faiblesses, il s’effrite. Mais d’autres mettent en garde : cette démission n’est qu’une diversion, le régime sacrifie les indésirables pour mieux rester en place. 
■ Paroles d’étudiants
Leur détermination est sans faille. En face des étudiants plusieurs rangées de CRS bloquent le passage. Amine a 20 ans, il se réjouit du départ de Tayeb Belaiz, mais pour lui c’est une simple diversion, l’actuel chef d’État par intérim Abdelkader Bensalah doit à présent partir.
« Nous avons des manipulateurs au pouvoir et nous n’en pouvons plus de leurs manœuvres politiciennes. On est contre Bensalah en premier lieu, nous n’en voulons pas comme président par intérim. C’est eux qui l’ont nommé à ce poste, ce n’est pas le choix du peuple, c’est inacceptable ».

Au milieu de la foule, Youssef, un autre étudiant, est originaire de la région des hauts plateaux aux portes du désert algérien. Il a fait plusieurs heures de route pour arriver jusqu’à Alger. Tous ces responsables au pouvoir sont comme des dents cariées dit-il, nous les arracheront, l’une après l’autre.

« Revendications claires et légitimes »
« Nos revendications sont claires et légitimes : nous avons demandé le départ des 3 B. Belaïz est parti, reste les deux autres. Nous manifesterons toutes les semaines. Nous allons les arracher de ce pouvoir où ils se sont enracinés. »

Ces milliers d’étudiants et leurs professeurs rassemblés au pied de la fac centrale d’Alger ne sont pas les seuls à se mobiliser. L’appel est national, toutes les universités du pays ont organisé des marches en signe de protestation contre les responsables qui incarnent le système.

rfi.fr

Mercredi 17 Avril 2019 - 09:27



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter