Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Attentat du consulat américain en Libye: Khattala au tribunal fédéral

Ahmed Abou Khattala, considéré comme l’un des responsables de l’attaque contre le consulat américain de Benghazi en 2012, reste en détention aux Etats-Unis. Quatre américains - parmi lesquels l’ambassadeur Stevens - avaient été tués lors de cet attentat. Khattala, qui plaide non coupable, a été capturé par les forces spéciales américaines en Libye, le 15 juin dernier. Il est détenu dans une prison de l’État de Virginie, dans la banlieue de Washington, et comparaissait mardi 1er juillet devant un tribunal fédéral.



Les manifestants ont attaqué le consulat américain à Benghazi, avant d'y mettre le feu, le 11 septembre 2012.
Les manifestants ont attaqué le consulat américain à Benghazi, avant d'y mettre le feu, le 11 septembre 2012.

L’avocate d’Abou Khattala estime que le dossier de l’accusation est faible, et confirme que son client plaide non coupable. Mais paradoxalement, Maître Peterson ne s’est pas opposée au maintien en détention de ce citoyen libyen, considéré par l’accusation comme l’un des responsables de l’attaque du consulat de Benghazi.

Lors de l’audience du mardi 1er juillet, les premières charges qui pèsent contre le prisonnier - conspiration contre les intérêts américains - ont été confirmées. Abou Khattala risque pour cela la prison à vie.

L’assistant du procureur a par ailleurs expliqué qu’il s’apprête à verser au dossier des preuves « irréfutables » dans les jours qui viennent. Des éléments qui devraient, selon Maître Lorenzo, peser plus lourdement encore dans l’accusation. Le ministère public affirme enfin que l’accusé a lui-même reconnu son implication dans l’attentat, lors des entretiens qui se sont déroulés avant son arrivée sur le sol américain.

Abou Khattala a été détenu près de deux semaines à bord d’un navire, pour y être interrogé, avant d’être formellement informé de ses droits et officiellement inculpé.

Source : Rfi.fr
 



Jeudi 3 Juillet 2014 - 11:34