Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)

Boubacar Boris Diop: "Macky Sall ne semble pas se fixer de limites à la différence de ses prédécesseurs"



Boubacar Boris Diop: "Macky Sall ne semble pas se fixer de limites à la différence de ses prédécesseurs"
L'écrivain sénégalais Boubacar Boris Diop a accordé un large entretien au site Impact.sn sur la situation politique nationale et les récents événements de juin qui ont fait 3 morts et occasionné "la séquestration" des leaders de l'opposition comme Ousmane Sonko et Barthélémy Dias.

Le Professer d'université qui refuse la thèse selon laquelle le Sénégal est sous un régime autocratique, a toutefois dénoncé les agissements du pouvoir de Macky Sall qu'il juge être sous l'emprise de "faucons". Boubacar Boris Diop a également alerté sur les dérives dont serait capable l'actuel Président qui, selon lui, n'a pas la même hauteur que ses prédécesseurs.

"Dans tout régime politique il y a des faucons et il se pourrait bien que ceux-ci soient en train de prendre la main, en une réaction froidement et longuement mûrie aux événements de mars 2021. C'est une pente dangereuse, il ne faut pas s'y laisser entrainer. La nouveauté, c'est que Macky Sall ne semble pas se fixer de limites à la différence de ses prédécesseurs. Dans les moments extrêmes, ceux-ci savaient s'arrêter à temps, en se disant que certaines méthodes ne seraient pas dignes de l'idée que notre peuple se fait de lui-même. C’est ainsi que Wade, le 23 Juin 2011, a su percevoir cette ligne rouge et se dire : non je ne peux pas aller plus loin...", a-t-il confié à notre confrère Momar Niang.

Sur ce qui s'est passé le 17 juin dernier, M. Diop affirme: "La force brutale a été appliquée de manière systématique contre les manifestants, on a séquestré certains leaders chez eux et on en a arrêté d'autres. Ce sont des actions préventives illégales mais dont la visée politique est claire. On n'avait rien à leur reprocher mais le temps que leur innocence puisse être démontrée, leurs militants auront été désorientés et le mouvement de contestation aura perdu de sa vigueur"

 Avant d'ajouter " (...) On n'a toujours pas expliqué à l'opinion pourquoi des citoyens ont été retenus de force chez eux sous le regard du monde entier. Il y avait vraiment une volonté de faire feu de tout bois. Gardons aussi à l'esprit les accusations de Guy Marius Sagna contre les méthodes brutales des forces de l'ordre, en particulier en Casamance".

 

AYOBA FAYE

Mercredi 13 Juillet 2022 - 13:19


div id="taboola-below-article-thumbnails">

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter