Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Cameroun: Un numéro vert gratuit pour intensifier la lutte contre la corruption



Cameroun: Un numéro vert gratuit pour intensifier la lutte contre la corruption
Au Cameroun, la Commission Nationale Anti Corruption (CONAC), met à la disposition du public un numéro vert gratuit, pour les dénonciations des actes de corruption.
 
Il s'agit du 1517.
 
Le numéro vert de la CONAC, été présenté mercredi après-midi, en conférence de presse, par Dieudonné Massi Gams, le président de la CONAC.
 
L’institution en charge de la lutte contre la corruption, entend intensifier la lutte à l’encontre du fléau, qui continue de plomber les efforts de développement dans le pays.
 
« Nous avons installé deux postes pour recevoir les appels téléphoniques et nous pourrons à tout moment recueillir les dénonciations. Les horaires des agents seront exceptionnellement étendus pour satisfaire les usagers », a fait savoir Dieudonné Massi Gams.
 
La corruption a plusieurs noms au Cameroun. Le public l’appelle « Gombo », « Bière », « Tchoko », « Carburant », « Taxi » ou « Motivation ».
 
Pour rappel, le Cameroun a été classé deux fois, pays le plus corrompu au monde, par l’ONG Transparency International.
 
Dans une enquête qui a fait grand bruit, réalisée en 2004, 50% des ménages ont reconnu avoir contribué à la corruption.
 
En 2018, le pays est classé 153e sur 180 dans l’indice de perception de la corruption.
 
La corruption sévit lors des contrôles de police et de gendarmerie, dans les services de la mairie pour l’établissement d’un acte d’Etat Civil, dans les hôpitaux, dans le secteur forestier, dans les services fiscaux, douaniers…
 
Selon Christol Georges Manon, président de l’observatoire national de la lutte contre la corruption, plus de 40 % des recettes enregistrées ne servent pas au développement du pays pour cause de corruption.
 
Pour Samuel Ekoum de l’ONG, SOS corruption, l’Etat perd en moyenne entre 400 et 500 milliards FCFA chaque année du fait de la corruption.
 

Koaci.com

Mercredi 25 Avril 2018 - 12:41



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter