Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)

Ce samedi 19 mars, Alger a rappelé son ambassadeur en Espagne pour « consultation ». Un signe de protestation suite au soutien affiché au plan d'autonomie de Rabat sur la question du Sahara occidental. En brisant sa position de neutralité traditionne

Ce samedi 19 mars, Alger a rappelé son ambassadeur en Espagne pour « consultation ». Un signe de protestation suite au soutien affiché au plan d'autonomie de Rabat sur la question du Sahara occidental. En brisant sa position de neutralité traditionnelle, l'Espagne suscite des réactions contrastées chez les acteurs de ce dossier.



Vendredi, le chef de la diplomatie espagnole a déclaré que le plan d'autonomie du Maroc est « la base la plus sérieuse, réaliste et crédible pour la résolution de ce différend », pour le moins historique.

Aux yeux de Madrid, ce positionnement marque une « nouvelle étape » de les relations avec Rabat. En soutenant ouvertement le plan d'autonomie des autorités marocaines sur le Sahara occidental, l'Espagne cherche à sortir d'une crise qui commençait à l'affecter sérieusement. Ce geste lui permet en effet de tenter de mettre fin aux tensions diplomatiques avec le royaume qui, ces derniers mois, a multiplié les pressions.

« Le gouvernement espagnol a mis fin à 47 ans de neutralité de l’Espagne dans le conflit du Sahara occidental, constate le journaliste espagnol Ignacio Cembrero. Il l’a fait sans doute pour mettre un terme à la crise avec le Maroc. Les pressions étaient nombreuses de la part de ce dernier : l’entrée massive d’immigrés irréguliers dans la ville de Ceuta au mois de mai dernier, la fermeture prolongée au-delà des raisons sanitaires des frontières terrestres de Ceuta et Melilla, l’interruption du trafic de passagers à travers le détroit de Gibraltar – qui empêche les ports andalous de travailler avec le Maroc. La liste est très, très longue. Le Maroc n’a pas arrêté d’employer des moyens pacifiques pour faire céder l’Espagne. Chose qu’il a finalement réussi à faire... »

Signe de ce rapprochement : le Premier ministre espagnol a programmé une visite officielle à Rabat, sans pour le moment préciser de date. Pour les autorités marocaines, ce soutien est important, car grâce à Madrid, « Rabat espère avoir plus de soutien sur son plan d'autonomie au sein de l'Union européenne et de l'ONU », explique un observateur. 


De leur côté, les indépendantistes sahraouis du Front Polisario se disent « étonnés » par ce revirement de la diplomatie espagnole. L'ancien empire colonial a toujours le « statut de puissance administrante » sur place, et à ce titre, elle « devrait avoir une approche équilibrée », considère Oubi Bachir Bouchraya, représentant du Front Polisario en Europe.

RFI

Dimanche 20 Mars 2022 - 11:32


div id="taboola-below-article-thumbnails">

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter