Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Enjeux infrastructurels en Afrique: KAIZENE regroupe les acteurs dans un cadre d’échanges



« L’objectif le plus important pour qu’on puisse se développer, c’est d’arrêter de mettre en exergue la compétition entre africains. Aujourd’hui, on est obligé de collaborer ensemble pour le développement africain. En organisant cette conférence, nous voulons mettre en exergue l’avantage des échanges interafricains, les déplacements et surtout les collaborations africaines. Durant la conférence, les panels vont se mettre dans des situations d’échanges libres entre entreprises internationales et surtout africaines en vue de pouvoir mettre l’accent sur comment pallier le déficit qu’on a pour mieux se développer. Cela fait partie des piliers de la Banque Africaine de Développement(BAD) », lance la Directrice du Cabinet KAIZENE.

Lynda Aphing-Kouassi déclare que « le Sénégal est un succès », citant en exemple, « la ville de Diamniadio avec des pôles urbains et du développement infrastructurel qui existent ». « Raison pour  laquelle, j’ai choisi de venir ici pour pouvoir montrer  les talents qui sont au Sénégal  et en Afrique.  Et, qu’on peut utiliser partout en Afrique et qu’on peut utiliser comme exemple pour mieux développer le continent africain », dit-elle.

Défini comme un catalyseur permettant de renforcer les qualités existantes au sein des entreprises privées et publiques, KAIZENE organise chaque année une conférence partout en Afrique. « L’année dernière, on a été en Afrique du Sud où on a travaillé sur l’électrification. C’est normal de faire le tour des régions du continent pour  voir ensemble comment on peut se développer, voir les déficits et les défis qu’on rencontre. Et ensemble voir comment on peut trouver des solutions durables », explique sa Directrice.

A travers l’infrastructure, il y a aussi le volet « nourrir l’Afrique » parce que, souligne Lynda Aphing-Kouassi, « il faut se nourrir et il faut un toit pour que la famille survivre ». « Même dans l’agriculture, il faut des infrastructures, parce qu’on des infrastructures agricoles car nous comprenons que les infrastructures sont pour nous une maison au sein de laquelle on a toutes les commodités que sont les télécommunications, l’agriculture, l’amélioration de la gouvernance, l’industrie verte, la croissance(…), la population parce que sans nous on ne peut rien faire », sert-elle.

 


« Donc, il est important de faire cette conférence pour qu’on se valorise, qu’on dise ce qu’on est, qu’on a du talent. On n’a pas besoin de dire qu’on vient de la Chine pour avoir plus de talent. Nous avons plus des talents. Et, il faut véritablement qu’on le mette sur une plateforme pour travailler et collaborer ensemble, c’est important. Nous nous croyons et nous disons que l’Etat, les Institutions ne doivent pas le faire seules. Tout le monde doit mettre la main pour la construction de cet édifice, qui est notre continent. C’est ainsi le cabinet KAIZENE a joué son rôle en organisant cette rencontre pour mettre ensemble les acteurs du secteur afin qu’ensemble, on puisse s’assurer un travail pour le bienfait et le bien-fondé de notre continent, de nos pays respectifs », formule-t-elle. 

Ladite conférence de presse se tient en prélude de la 4ème Conférence des BTP et des Infrastructures prévue les 14 et 15 décembre prochains, à Dakar, autour du thème : « La croissance économique face aux enjeux infrastructurels en  Afrique ». 

Joseph Barthélémy Coly (Stagiaire)

Mercredi 29 Novembre 2017 - 15:19



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter