Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Entre ruraux et urbains sahéliens, les différences de perceptions de la COVID-19 peu significatives

Les Sahéliens pensent qu’il est important de prendre des mesures pour venir à bout de la COVID-19. D’aucuns estimeraient que le milieu de résidence (urbain ou rural) constituerait un facteur influant fortement sur la perception et la mise en pratique par les populations des mesures de prévention. Pourtant, une étude menée par Timbuktu Institute et Sayara International démontre que les écarts ne seraient pas aussi conséquents qu’envisagés a priori.



L’objectif de cette enquête est d’analyser les perceptions des populations du Sahel à propos des informations sur la COVID-19. Réalisée dans huit pays (Sénégal, Mauritanie, Mali, Burkina-Faso, Niger, Tchad, Cameroun, Soudan), elle vise à évaluer les pratiques de la population cible concernée par rapport à la COVID-19. Cette étude conduite en décembre 2020, avec un échantillon de plus de 4000 répondants, sur des données quantitatives (KAP) et plus de 30 entretiens qualitatifs (KIIs), est menée par 80 enquêteurs et 7 superviseurs locaux. L’échantillonnage probabiliste et aléatoire permet à chaque individu de la population cible d’avoir la chance d’être interrogé. Quatre variables (l’âge, le sexe, le niveau d’éducation, et le milieu de résidence [rural/urbain]) ont permis de mieux atteindre la cible.

Entre ruraux et urbains sahéliens, les différences de perceptions de la COVID-19 peu significatives
Au Sahel, les mesures de prévention contre la COVID-19 sont relativement appréciées au sein des communautés. Près de 55% des citadins contre 52% des villageois pensent qu’il est important de prendre des mesures pour endiguer la propagation du virus. 18% des urbains et 11% des ruraux donnent une extrême importance aux mesures de prévention. Environ 30% des ruraux et 33% des citadins estiment que les membres de leur communauté attachent de l’importance aux mesures de prévention contre la propagation de la COVID-19. C’est largement supérieur aux 3% des villageois et 7% des urbains qui présument que les membres de leur communauté considèrent qu’il est extrêmement important de prendre ces mesures.

La campagne et la ville sont deux facettes d’une même réalité spatiale et socio-temporelle mue par l’accroissement de la population. Elles ne s’opposent donc pas. À presque égalité, environ 28% des ruraux comme des urbains répondent que les membres de leur communauté pensent qu’il est légèrement important de prendre des mesures préventives contre la maladie.

L’espace rural est vaste, avec une faible densité démographique. Et de par leurs activités professionnelles, les habitants des campagnes semblent moins exposés à la COVID-19. Cependant, cela implique aussi qu’il existe souvent des affinités entre villageois. Dès lors, 52% seulement des habitants des campagnes respectent parfois ou rarement la distance d’au moins un mètre des personnes ne faisant pas partie de leur foyer. Étonnamment, cela se constate également en ville, où 53% des personnes interrogées disent respecter parfois ou rarement la distanciation sociale.

Entre ruraux et urbains sahéliens, les différences de perceptions de la COVID-19 peu significatives
La distanciation sociale, négligée en milieu rural comme en milieu urbain

Quant à ceux qui ne respectent jamais la distanciation sociale, ils sont 12% de citadins et 15% de campagnards. Enfin, ceux qui respectent souvent ou toujours cette distance de sécurité sont 29% en milieu rural et 33 % dans les villes. Seulement 1% des villageois contre 3% des urbains répondent que tout le monde porte un masque de protection ou se couvre le visage pour se rendre en public. 22% parmi ces derniers connaissent 10 personnes sur 100 qui portent un masque, et moins de 5% ne connaissent personne. 25% de villageois en connaissent 10 sur 100, et 8% n’en connaissent aucunes qui portent un masque.

Allant à l’encontre de l’intuition première des chercheurs ayant mené cette étude, celle-ci conclut que les écarts entre les villes et les campagnes en termes de perception et de respect des mesures de prévention contre la pandémie de la COVID-19 sont manifestement peu substantiels.

Timbuktu-institute

AYOBA FAYE

Mardi 11 Mai 2021 - 20:17


div id="taboola-below-article-thumbnails">

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter