Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Hausse des prix: l’Etat dans une dynamique de mobilisation de recettes (Economiste)



Hausse des prix: l’Etat dans une dynamique de mobilisation de recettes (Economiste)
D’après les explications de l’économiste Mady Cissé, l’Etat est dans une dynamique de mobilisation de recettes fiscales qui, au-delà des produits pharmaceutiques, concerne presque tous les produits alimentaires. Notre interlocuteur considère que cette forte augmentation des prix érodera forcément le pouvoir d’achat des consommateurs. Surtout que c’est une mesure prise dans un contexte d’une hausse quasi-généralisée des produits de première nécessité de la catégorie (I).

Fort de ce constat, il pense que cette hausse constatée pourrait alimenter substantiellement le marché illicite (marché noir) de ces produits, puisque, dit-il, le consommateur est dans une dynamique de rationalité. C’est pourquoi, M. Cissé indique que les pharmaciens peuvent refuser de vendre ces médicaments pour ne pas entrer en conflit permanent avec les consommateurs. Lesquels peuvent les accuser de cautionner la politique fiscale de l’Etat, accusée déjà d’avoir un effet réducteur de leur pouvoir d’achat. Ce n’est pas tout, estime Mady Cissé dans le journal Le Témoin. Avant d'affirmer qu’avec ces taxes les pharmaciens risquent de voir leur chiffre d’affaires connaitre une baisse significative.

En effet, et « si le consommateur réduit sa consommation et, par une  mauvaise  communication,  fait croire que dans les pharmacies tous les produits ont augmenté, dans ce cas précis, le marché noir sera encore le réceptacle de la demande de médicaments. Si ces médicaments sont déclassifiés. Donc, on peut dire qu’ils ne sont plus considérés comme des médicaments relevant exclusivement des professionnels du médicament. Dans ce cas, est-ce que la vente de ces produits ne serait pas libre, c’est-à-dire l’entrée des acteurs non professionnels dans la commercialisation ? », s’est interrogé cet économiste dans les colonnes du journal Le Témoin.
Qui croit que ce serait un problème de santé publique si l’approvisionnement n’est pas conditionné par un avis médical.

La vente libre, une insécurité sanitaire chez les consommateurs C’est pourquoi Dr Mar Fall, pharmacien, affirme que cette nouvelle mesure est un paradoxe doublé d’une farce orchestrée par un gouvernement qui dit s’être lancé dans une guerre contre le marché illicite du médicament. Un gouvernement qui, malgré cette « guerre », revient ajouter des taxes jusque-là inexplicables sur les prix des produits pharmaceutiques. Ce qui, selon lui, constitue une vraie menace au monopole pharmaceutique et expose la population à une insécurité sanitaire, pour ne pas dire un véritable problème de santé publique. 

AYOBA FAYE

Mardi 1 Juin 2021 - 11:03


div id="taboola-below-article-thumbnails">

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter