Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Homosexualité au Sénégal: Grosse révélation d'une ancienne employée d'une organisation onusienne



Homosexualité au Sénégal: Grosse révélation d'une ancienne employée d'une organisation onusienne
Les révélations sur les associations dites Lgbt et la vie cachée homosexuels au Sénégal n’en finissent pas. Plus d’une dizaine de mariages homosexuels ont été célébrés au Sénégal, a fait savoir une ancienne employée d’une organisation onusienne qui a travaillé durant deux (2) ans avec ces associations pro-gays dans la mise en œuvre de leurs activités de prévention, de sensibilisation et de lutte contre le Virus du Sida (Vih). 

Dans un entretien avec L’Observateur, Alimatou, nom d’emprunt, a partagé ce qu’elle a vu et vécu dan sa mission. « De grandes personnalités de ce pays sont dans sont le lot. Vous tomberiez des nues si je vous citais des noms » , a-t-elle révélé. 

Selon elle, plus d’une dizaine de mariages entre homosexuels ont été célébrés au Sénégal. « En plus des activités de lutte contre le Sida, il y avait les mariages entre homosexuels avec des « ndieuké » hommes, anniversaires, des « djokalanté » (échanges de bon procédé) », s’est-elle rappelée. 

Elle a jouté : « Je me rappelle qu’à Koalack, le préfet m’avait dit : qu’ils peuvent organiser leurs activités tant que ça ne nous trouble pas, sinon j’appelle la police et on les arrêtes ».

Considérée comme une « intruse » au sein de ses organisations, Alimatou de poursuivre : « A Dakar, des mariages ont été scellés ». Et, « les mariés vivent ensemble comme des couples normaux dans leur appartement. D’autres ont femmes et enfants », a-t-elle renseigné. 

Ces associations Lgbt sont financièrement puissantes si l’on en croît à cette ancienne travailleuse des organisations Onusiennes, qui souligne que des lobbyings de l’étranger qui déploient des millions pour qu’elles soient riches et plus attractives.

Elle a signalé par ailleurs que « la cartographie réalisée faisait état d’une trentaine (30) d’associations pro-gays, même si certaines n’avaient pas de récépissé du ministère de l’Intérieur ».  


Aminata Diouf

Lundi 3 Février 2020 - 15:05



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter