Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Kenya: lourd bilan après des inondations dans l’ouest et le centre du pays

Le Kenya fait face depuis trois semaines à des intempéries. Les pluies saisonnières sont beaucoup plus importantes que d'habitude et entrainent un lourd bilan humain dans les régions de l'ouest et du centre du pays.



Kenya: lourd bilan après des inondations dans l’ouest et le centre du pays
Ce jeudi, le gouvernement a donné le bilan de ces intempéries. Les inondations et les glissements de terrain depuis la mi-avril ont fait 194 morts. Plus de 3 000 hectares de culture ont été détruits tout comme de nombreuses infrastructures permettant l'approvisionnement en eau de Nairobi et d'autres grandes villes.
 
Plusieurs barrages ont atteint leur capacité maximale et quelque 100 000 riverains ont été évacués par le gouvernement, qui appelle ceux qui habitent en aval à quitter les rives des cours d'eau. Le lac Victoria est également à un niveau historiquement haut, selon les autorités.
 
Suite à ces inondations, le ministère de la Santé a annoncé qu'il allait envoyer dans les camps de déplacés des régions affectées des masques et d'autres produits d'hygiène afin de prévenir une propagation du coronavirus. Le Kenya a recensé jusque-là 582 cas et 26 morts, mais la situation pourrait encore se compliquer puisque ces fortes pluies devraient se poursuivre jusqu'à la fin du mois de mai.
 
Le retour des criquets
 
Et ce n’est pas le seul facteur qui peut jouer sur la dégradation de la situation humanitaire. En plus de la crise du coronavirus, qui crée des manques dans l'approvisionnement en particulier en riz, il y a la menace des criquets.
 
L’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) tire la sonnette d’alarme depuis plusieurs semaines : une deuxième vague de criquets pèlerins est attendue sur la Corne de l'Afrique, 20 fois plus importante que la première. Il s’agit des larves des essaims géants du début d'année.
 
En parallèle des intempéries et de la crise du Covid-19, les conséquences de cette deuxième vague pourraient être dramatiques si les opérations anti-criquets ne peuvent se tenir correctement. Au total, 25 millions de personnes sont menacées par la crise alimentaire.

RFI

Jeudi 7 Mai 2020 - 16:40


div id="taboola-below-article-thumbnails">

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter