Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



L'État va-t-il abdiquer face à la pression de la rue ?

Après avoir relevé le défi de la mobilisation vendredi dernier, le collectif citoyen « Nio Lank » compte transformer la « Place de l’Indépendance » en « Place Tahrir » ce vendredi. Une chose est sûre : sa manifestation monstre de vendredi der- nier semble avoir produit ses effets puisque l’Etat s’attelle à libérer Guy Marius Sagna, le Pr Babacar Diop et leurs compagnons de détention...



Nul ne peut freiner la déferlante populaire ! Cette assertion sous l’effet du plan d’actions que déroule le collectif « Nio lank » pour la libération de Guy Marius Sagna, du Pr Babacar Diop et autres activistes arrêtés lors de la marche contre la hausse du prix de l’électricité de l’autre vendredi.

Après avoir réussi à enrôler les sénégalais dans leur cause à travers une grande mobilisation populaire, le collectif « Nio lank » compte poursuivre le combat à travers une autre forme de manifestation : Transformer la « Place de l’Indépendance » en « Place Tahrir », cette dernière étant actuellement le cœur de la révolte en cours des populations irakiennes contre le pouvoir en place dans ce pays arabe.

A noter aussi que la place sur laquelle étaient organisées les manifestations qui ont fait tomber l’ancien président égyptien, Hosni Moubarak, s’appelait « Tahrir ! » « Avec ou sans autorisation du préfet de Dakar, le collectif « Nio Lank Nio Bagn » compte tenir son rassemblement vendredi à la Place de l’Indépendance pour dire pour dire non à la hausse du prix de l’électricité » avait déclaré fermement Aliou Sané, un des coordinateurs de « Nio Lank Nio Bagn » tout en réclamant la libération sans condition de Guy Ma- rius Sagna, Dr Babacar Diop et Cie.

Comme des héros de la cause sociale…
Sans se faire prier, l’Etat qu’incarne le président Macky Sall aurait décrypté 5/5 le message de la détermination et l’engagement du peuple sénégalais contre cette me- sure impopulaire de hausse du prix de l’électricité. Il semble donc dé- terminé à libérer rapidement les manifestants arrêtés dont le collectif « Nio Lank » exige la libération. Dans cette perspective, le Pr Babacar Diop et trois autres de ses compagnons de détention ont été entendus, mercredi, dans le fond. Et les auditions vont se poursuivre, aujourd’hui, avec le reste de la bande ayant à leur tête Guy Marius Sagna et consorts arrêtés et placés sous mandat de dépôt pour avoir manifesté devant les grilles du Palais de la République.

Une chose est sûre: ces auditions inespérées ont fait bouger les lignes d’une libération immédiate en faveur de ceux que le mouvement « Nio Lank » qualifie d’ « otages ». A l’analyse, l’Etat est en passe d’abdiquer sous la pression de la rue. Pour ne pas dire qu’il agite le drapeau blanc de la paix sociale. D’ailleurs, le pool des avocats des détenus crie déjà victoire face à ce qui ressemble à une reculade du gouvernement. « Dès demain jeudi, nous envisageons d’introduire une demande de mise en liberté provisoire pour l’ensemble des huit détenus entendus dans le fond. Et rien ne s’opposera à ce qu’ils obtiennent une liberté provisoire conformément aux dispositions du Code pénal » estime joyeusement l’un des avocats des prisonniers de l’électricité.

Pendant ce temps, l’activiste Mohamed Lamine Massaly semble vouloir offrir une porte de sortie honorable à l’Etat en demandant clémence au président de la République Macky Sall à travers un communiqué. « Je viens solennellement auprès de vous solliciter votre clémence concernant les cas Guy Marius Sagna, le Professeur Babacar Diop et compagnie éparpillés dans les prisons de Dakar, suite à leur manifestation contre la hausse du prix de l’électricité devant les grilles du Palais » écrit le membre du défunt parti de Me Madické Niang. Selon lui, Guy Marius Sagna, Babacar Diop et leurs camarades emprisonnés sont des combattants de la cause sociale qui croupissent dans les geôles crasseuses de Dakar. « Ce sont des héros de la justice sociale » estime Massaly, histoire de vouloir rattraper le train de la contestation sociale qui s’apprête à entrer triomphalement en gare. 

Le Témoin

AYOBA FAYE

Jeudi 19 Décembre 2019 - 09:37



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter