Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



L’armée zimbabwéenne accusée de 'torture systématique' sur des manifestants.



L’armée zimbabwéenne accusée de 'torture systématique' sur des manifestants.
Les troupes zimbabwéennes sont accusées de "torture systématique" sur les manifestants qui défient le pouvoir pour dénoncer la vie chère.

Au Zimbabwe, un groupe de défense des droits humains a sévèrement critiqué par le gouvernement et l'armée qu'elle accuse d'avoir recours à la "torture systématique" pour réprimer les manifestations.

Le groupe de défense des droits de l'homme a dénoncé un usage abusif et incontrôlé de la violence contre les manifestants.

Des troubles ont éclaté il y a plus d'une semaine à la suite d'une forte hausse des prix du carburant.

Un porte-parole du gouvernement a justifié cette répression : "Quand les choses deviennent incontrôlables, un peu de fermeté est nécessaire" a-t-il indiqué à la BBC.

Des informations font état d'agressions qui auraient été commises par l'armée dans diverses parties de la capitale, Harare.

L’armée zimbabwéenne accusée de 'torture systématique' sur des manifestants.
Des soldats à Harare ont été vus en train de battre un grand groupe de conducteurs de minibus mardi. Andrew Harding de la BBC à Harare a parlé à un homme qui aurait été victime de ce passage à tabac.

Ce témoin souligne qu'il était avec une trentaine d'autres personnes qui avaient été arrêtées et battues par des soldats.


Cet usage de la violence soulève d'autres questions sur le contrôle exercé par le président Emmerson Mnangagwa sur l'armée zimbabwéenne qui a contribué à son arrivée au pouvoir il y a 14 mois.

Le Président Mnangagwa a promis que les abus contre les civils ne seraient pas tolérés. L'opposition le prenant au mot dénonce aujourd'hui son inaction.

Des preuves et cas de torture
Dans une déclaration, la commission des droits de l'homme a déclaré qu'au moins huit décès avaient été signalés depuis la semaine dernière, "principalement lié à des tirs à balles réelles".

"Des hommes armés et en uniforme de l'Armée nationale du Zimbabwe et de la Police de la République du Zimbabwe ont incité à la torture systématique. Cette torture a été organisée en ciblant les hommes qui se sont retrouvés près des zones où des barricades ont été placées et près des zones qui ont été incendiées par des manifestants ou pillées", a-t-il dit.

Les rapports détaillés de la commission font état de l'entrée nocturne des forces de sécurité dans des maisons et du fait que des hommes, et même des garçons d'à peine 11 ans, ont allongés sur le sol et battus.

"Le déploiement de l'armée pour réprimer les troubles a entraîné des pertes en vies humaines, des blessures corporelles graves et d'autres violations des droits de l'homme, mais le gouvernement continue de procéder à de tels déploiements", indique le communiqué.

D'autres rapports indiquent qu'au moins 12 personnes ont été tuées et des personnes soignées pour des entailles et des blessures par balle.

Que dit le président Mnangagwa ?
Lundi, M. Mnangagwa, a interrompu un voyage en Europe pour faire face aux troubles qui persistent dans le pays.

Il devait assister au sommet économique de Davos, où il devait chercher des investissements pour le Zimbabwe.

De retour à Harare, il a invité ses compatriotes, via Twitter, à travailler ensemble afin de résoudre la crise économique qui secoue le pays.

Dans une série de tweets, il a déclaré que la violence ou la mauvaise conduite des forces de sécurité était "inacceptable et constituait une trahison du nouveau Zimbabwe".

bbc

Mercredi 23 Janvier 2019 - 12:06



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter