Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Le mystère des morts en cascade à Kano au Nigeria



Le mystère des morts en cascade à Kano au Nigeria
Le président nigérian a exprimé sa profonde inquiétude face au nombre élevé de morts inexpliquées dans l'État de Kano, dans le nord du pays, et craint qu'elles ne soient dues au Covid-19.

Le président Muhammadu Buhari a déclaré qu'une quarantaine serait imposé à Kano pour deux semaines supplémentaires, et qu'il envoyait une équipe gouvernementale pour enquêter.

Le ministre nigérian de la Santé, Dr Osagie Ehanire, a déclaré que la situation était "suivie de près".

Mais suite aux enquêtes préliminaires, les autorités de l'Etat ont écarté tout lien avec le coronavirus.

Des centaines de personnes seraient mortes dans la communauté, mais aucun registre officiel des décès n'est tenu.

Les fossoyeurs ont d'abord fait part de leurs inquiétudes quant au fait qu'ils enterraient un nombre de corps plus élevé que d'habitude.

Ali, un fossoyeur du cimetière de l'abattoir, a déclaré à la BBC : "nous n'avons jamais vu cela, depuis la grande épidémie de choléra dont nos parents nous ont parlé. C'était il y a environ 60 ans".

Cette semaine, le gouverneur de l'état a publié une déclaration disant que les "morts mystérieuses" n'étaient pas liées au coronavirus.

Mais après avoir ordonné une "enquête approfondie sur les causes immédiates et lointaines de ces décès", il a annoncé que leurs conclusions préliminaires "indiquaient que les décès n'étaient pas liés à la pandémie de Covid-19".

Le gouvernement de l'État a déclaré que "les rapports du ministère de la santé de l'État ont montré que la plupart des décès étaient causés par des complications liées à l'hypertension, au diabète, à la méningite et au paludisme aiguë".

"Le gouverneur Abdullahi Umar Ganduje attend avec impatience le rapport final du ministère de la santé afin de prendre les mesures nécessaires".

Ville commerciale et industrielle, Kano est devenu l'épicentre du coronavirus dans le nord du Nigeria.

Sa population très dense est toujours confinée dans un effort pour contenir la propagation du virus.

Les autorités de l'État ont commencé à tester le Covid-19 il y a deux semaines et un laboratoire a dû fermer en raison de la contamination.

Des échantillons sont envoyés à la capitale, Abuja, ce qui, selon les autorités, retarde l'annonce du nombre de cas positifs détectés dans l'État.

Dr Sani Aliyu, qui est le coordinateur national du groupe de travail présidentiel sur le Covid-19, indique qu'une équipe de cinq experts médicaux a été déployée à Kano pour faciliter la réouverture du centre de test cette semaine après sa fumigation.

Les responsables prévoient également d'ouvrir un second laboratoire, à l'université de Bayero, pour tester le Covid-19 à partir de la semaine prochaine.
Combien de personnes sont mortes?
On ne sait pas exactement combien de personnes sont mortes, car les décès qui suscitent l'inquiétude se produisent dans la communauté. Dans de nombreuses régions du Nigeria, les décès ne sont pas enregistrés, et donc pour ceux qui sont morts en dehors de l'hôpital, aucun registre n'est tenu.

Il est donc difficile de comprendre combien de personnes sont mortes ces dernières semaines.

Sabitu Shaibu, le chef adjoint du groupe de travail de l'Etat sur le Covid-19, espère publier les résultats préliminaires de l'enquête d'ici la semaine prochaine, mais il estime que la plupart des 640 décès signalés sont de causes naturelles et affirme que ce chiffre est inférieur au taux de mortalité moyen pour Kano.

Les registres hospitaliers, qui constituent le seul registre de décès disponible, sont censés fournir des chiffres inférieurs à la réalité dans tout l'État.

Les membres de l'équipe d'enquête ont déclaré qu'ils mèneraient des "enquêtes de traçabilité mortuaire" avec les membres de la famille pour aider à établir pourquoi les gens meurent.

BBC

Mercredi 29 Avril 2020 - 19:36



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter