Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Litige foncier dans la région de Sédhiou: à Samine, la maison du maire envahi et son véhicule saccagé



Litige foncier dans la région de Sédhiou: à Samine, la maison du maire envahi et son véhicule saccagé
Ca chauffe du côté de Samine Santo entre la population dudit village et le maire de Samine, dans le département de Goudomp, région de Sedhiou. Pour cause, la question du lotissement au coeur de ces affrontements. La maison de l'élu a été envahi par des manifestants qui ont saccagé son véhicule, a-t-on appris jeudi soir.

En effet, depuis les années 1996, la population avait écrit aux autorités locales pour demander un alignement, ces derniers n'ont pas réagi. Les villageois ont formé une délégation envoyée auprès du Président du Communauté rurale (PCR) d'alors, qui est venu. Mais ils n'ont pas eu d'accord sur les mesures et les frais de bornages. Avec l'avènement de la communalisation, ils ont intégré la commune de Samine. Ce maire à l'époque qui était PCR est remplacé par l'actuel maire de la ville, nommé Yaya Diao. Ce dernier est venu avec d'autre mesures, demandent aux villageois de Samine Santo, comme quoi, après lotissement les terrains seront partagé avec lui à 50/50, ce qui n'a pas plus à la population qui s'est  opposé. 

Les populations ont cotisé pour procéder au lotissement de leur propre village, en faisant appel à un ingénieur. Des travaux qui ont duré 2 ans ferme. Mercredi, d'après les habitants de Samine Santo, le nouveau maire est revenu un nouveau plan pour dire qu'il va reprendre les travaux de lotissement à nouveau. Il est revenu avec ses hommes et des forces de l'ordre et ont procédé à l'enlèvement des anciens bornes. Ce qui a amené la colère des populations qui ont réagi. Ainsi certains d'entre eux, ont été arrêtés. 

Les populations très en colère se sont mobilisées et ont envahi le maison du maire. Son véhicule a été saccagé. D'autres se sont rendus à la brigade pour exiger la libération des leurs. Au dernières nouvelles, ces derniers ont été libérés. Ces populations prêtes à y laisser leur vie, interpellent directement le président de la République.

Ibrahima Mansaly

Jeudi 30 Janvier 2020 - 20:45



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter