PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)




Madagascar: retour sur une journée de violences

La capitale malgache a connu samedi 21 avril une journée éprouvante. Durant plus de trois heures, de violents affrontements ont eu lieu entre forces de l'ordre et manifestants, emmenés par les députés de l'opposition. Ces derniers avaient annoncé vouloir rendre-compte à leur électorat de la manière dont ont été votées les lois électorales le 4 avril dernier. Des lois qui vont encadrer la prochaine élection présidentielle. La manifestation n'avait pas été autorisée. Elle s'est soldée par le retrait des forces de l'ordre, submergées par la foule, et par le décès de trois manifestants.



Samedi 21 avril, des milliers d'opposants ont bravé l'interdiction de manifester et sont descendus dans les rues de Tana pour dénoncer les nouvelles lois électorales. Des affrontements ont éclaté, laissant trois personnes sans vie -  dont deux enfants qui auraient été asphyxiés par les gaz lacrymogènes - et dix-sept blessés, selon les informations de RFI. Un bilan provisoire.
 
Il est 9h quand les députés de l'opposition et leurs soutiens apparaissent en haut de l'avenue de l'Indépendance. Depuis la veille, un important dispositif de forces d'intervention quadrille le quartier.
 
Mais très vite, cela dégénère. Les militaires lancent des gaz lacrymogènes sur la foule et tirent avec des balles en caoutchouc, aux abords du marché d'Analakely. Cris, tirs, détonations...
 
« J'étais parti de chez moi pour aller au marché, et on m'a jeté des bombes lacrymogènes, qui tuent ! Est-ce possible de faire cela à un simple citoyen ? », s'insurge cet homme. « Je déclare à tous les bailleurs de fonds, arrêtez tous les investissements à Madagascar ! Parce qu'ici, il n'y a pas de démocratie ! », avertit un autre.
 
Les heurts vont durer plus de 3 heures. Jusqu'à ce que les forces de l'ordre, acculées, tirent à balles réelles. A 12h30, c'est une foule hystérique qui se déverse sur le parvis de l'Hôtel de Ville, où les attendent les députés. Hawel Mamod'Ali, député Mapar, brandit des vestiges du combat. « J'ai des bombes lacrymogènes, des bombes assourdissantes, des balles réelles, des balles de kalachnikovs, voilà avec quoi ils nous ont attaqués, pour tuer la population. On va essayer de s'organiser entre nous les députés, pour voir la suite à donner à ce mouvement. »
 
La suite, on la connait. Les députés de l'opposition ont convenu de venir manifester tous les jours sur le parvis, tant que le président de la République et son gouvernement n'auront pas démissionné. « Nous continuerons à manifester jusqu’à ce que le président démissionne », a déclaré le député Mapar Hawel Mamod'Ali.

Madagascar: retour sur une journée de violences
Olivier Mahafaly souhaite une enquête
 
Désormais, l’heure est au recueillement. A 10h, les députés de l’opposition organisent une veillée mortuaire en hommage aux victimes des affrontements Elle se tiendra dans le quartier d’Analakely, sur le parvis de l’Hôtel de Ville.
 
Une source au sein de la gendarmerie confirme qu’un dispositif policier sera maintenu pour protéger les sites commerciaux et éviter les pillages, en particulier autour des stations essences et des banques.
 
Plus tôt dans la soirée, le Premier ministre Olivier Mahafaly a déclaré souhaiter l’ouverture d’une enquête afin d’éclaircir les circonstances dans lesquelles ces civils ont trouvé la mort. Le président du Sénat a aussi lancé un appel au calme en exprimant sa compassion envers les victimes. Tous deux n'ont néanmoins fait aucun commentaire sur la demande de démission du chef de l'Etat et du gouvernement exigée par l'opposition.
 
De son côté, le chef de l'État n'était pas sur le territoire malgache ce samedi. Un communiqué de la présidence expliquait vendredi qu'il était en mission à l'extérieur depuis jeudi. Selon nos informations, il se trouvait à Paris, déplacement qu'il a donc écourté pour rentrer à Madagascar.
 
Démonstration de force pour l'opposition
 
Occupés depuis le 4 avril à dénoncer la manière dont ont été votées les lois électorales ainsi que les textes en eux-mêmes, les députés dits de l'opposition ont réussi par leur manifestation d'hier, à faire battre en retraite les forces de l'ordre. Et faire vaciller le pouvoir.
 
Du haut de l'Hôtel de Ville, surplombant une place du 13-Mai bondée, les députés ont conclu un pacte de non-agression avec le numéro 2 des forces d'intervention de la gendarmerie nationale, le commandant d'une unité appartenant aux forces mixtes. Un acte isolé, nullement validé par l'état-major des armées mais qui laisse entrevoir une brèche, déjà ouverte la semaine dernière par des généraux à la retraite qui avaient appelés leurs cadets à prendre leur responsabilité.
 
Faut-il y voir un 2002 ou 2008 bis, dates des prémisses des anciennes crises ? A cette question, Hanitra Razafimanantsoa, la porte-parole des députés répond que « cette place du 13-Mai est symbolique car c'est toujours là qu'ont commencé les révolutions de toutes sortes ! »
 
Pour beaucoup d'observateurs malgaches, cette manifestation sanglante d'hier, marque sans conteste, le début d'une nouvelle crise.

Rfi.fr

Dimanche 22 Avril 2018 - 11:00



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter