PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)




Malick Gackou pris dans une affaire de mœurs : Sur le point d'être arrêté, va-t-il transiger?

Le leader de Grand Parti est impliqué dans un scandale. Il aurait engrossé une fille et l’aurait mis en rapport avec un médecin par l’entremise d’un ami d’enfance pour un avortement. L’affaire a mal tourné et la Sureté urbaine s’en est saisie.



Malick Gackou pris dans une affaire de mœurs : Sur le point d'être arrêté, va-t-il transiger?
PressAfrik qui a reçu l’écho d’une brève arrestation de Malick Gackou ce week-end a, dans ses recoupements, joint l’état major du Grand Parti qui avait tout nié en bloc. Votre journal en ligne est catégorique et revient avec force détails sur l’affaire. Il est vrai que le président du Grand Parti n’a pas été arrêté. Mais, notre source est catégorique, il a été entendu pendant plusieurs heures à la Sureté Urbaine. C’est dans le cadre d’une affaire de mœurs. En effet, Malick Gackou aurait engrossé une fille. Voulant éviter tout scandale compte tenu de son statut, il aurait demandé à son ami d’enfance de s’occuper de l’affaire. Ce dernier s’est, à son tour, adressé à un cabinet médical de la place dont le médecin est une de ses connaissances, voire même intime. A cet effet, il y a eu une tentative d’avortement de la jeune fille qui a mal tournée. 


La police s’est saisie de l’affaire suite à une plainte. L’ami d’enfance de Malick Gackou ainsi que le médecin ont été arrêtés et placés en garde à vue. Le président du Grand-Parti, qui a passé la nuit du samedi au dimanche à Touba suite au deuil du Khalife général des Mourides, Serigne Sidy Mokhtar Mbacké, a rappliqué à la SU et y a presque passé la journée du dimanche. Une fille dont nous terrons le nom pour les besoins de l’enquête a elle aussi été entendue. 

A l’arrivée de Malick Gackou, le médecin et l’ami d’enfance du leader du Grand-Parti auraient été libérés. Mais une autre source a infirmé cette information. Elle se veut catégorique l’homme politique pourrait être arrêté à tout moment. Si cela n’a pas été le cas c’est du fait qu’il s’agit d’un dossier sensible qui implique un leader politique. D’ailleurs la Sureté urbaine a traité l’affaire avec une grande prudence. 

PressAfrik suit l’affaire et reviendra sur ses moindres développements. 


 

Jean Louis DJIBA

Lundi 15 Janvier 2018 - 13:23



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter