Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Migrants vendus aux enchères en Libye : « Cela rejoint le problème de l’emploi », Boubacar BA



Migrants vendus aux enchères en Libye : « Cela rejoint le problème de l’emploi », Boubacar BA
« Il faut se poser la question, qu’est-ce qui est à l’origine même de cette situation des Sénégalais ou des Africains qui sont aujourd’hui traités de cette manière en Libye comme des esclaves ? Cela rejoint le problème de l’emploi des jeunes, du cadre de vie et de niveau de vie dans ce pays. Le cadre de vie et le niveau de vie dans ce pays-là se limitent à de grands bâtiments tout simplement… », tacle l’ancien Directeur général de l’OFEJBAN (Office pour l'Emploi des jeunes de la banlieue).

«Indigné » et « déçu » de ce qui se passe en Libye, Boubacar BA de lancer : « Quand je vois cela, j’ai l’impression de retourner à 400, 500 ans derrière moi. C’est vrai que c’est des époques qu’on n’a pas vécues mais c’est des époques que nous avons étudiées. Nous avons appris tout ce qui s’est passé. Aujourd’hui, pendant que les peuples sont dans des problèmes de démocratie, de développement, nous sommes dans une situation d’esclavage ».
 
Pis, s’indigne-t-il : « Cela veut dire tout simplement que les Chefs d’Etat africains aujourd’hui et particulièrement ceux d’Afrique noire encore pire ceux de l’Afrique de l’Ouest, sont irresponsables devant cette situation-là ». Avant de marteler : « Aujourd’hui, l’Union Africaine devait immédiatement convoquer un Conseil urgent sur cette situation. La CEDEAO devait prendre des dispositions diplomatiques face à la Libye. Et que les ambassadeurs africains qui sont en Libye soient immédiatement rappelés et ceux qui sont ici (les Libyens) soient entendus par le ministère des Affaires étrangères au prix de leur demander de rentrer dans leur pays ».
 
Et d’enfoncer le clou : « Cela nous démontre que les Africains noirs qui sont en Libye ont vécu des situations qui ont été camouflées pendant des décennies, c’est cela la vérité. C’est parce qu’il y a la guerre aujourd’hui en Libye, qu’il y a des problèmes sur l’immigration et que les Européens ne sachant plus à quel saint se vouer, ils négocient avec les Libyens qui étaient dans cette situation avec les Africains dans le passé, ce qui les pousse maintenant à montrer leur véritable visage face à l’Afrique noire. Et, les Sénégalais ont dit que cette situation, ils l’ont vécue chez leur patron, ce qui a fait qu’ils n’ont jamais pu envoyer de l’argent qu’ils gagnaient à la sueur de leur front vers leur pays d’origine ».
 
« Cela veut dire que c’est une situation qui ne date pas d’aujourd’hui, qui a explosé à cause d’autres faits c’est-à-dire l’immigration clandestine. Il est urgent que l’Afrique, pas seulement l’Afrique noire, règle cette situation de manière définitive pour les générations futures. Elle doit le faire pour la dignité de l’homme noir, pour le devenir de l’Afrique. Aucun Africain où qu’il soit, en Afrique ou dans la diaspora, ne doit plus être à l’aise tant que cette question n’est pas réglée. Je crois qu’il y a des complices très puissants dans ce monde-là par rapport à cette question-là. Trop, c’est trop. Je ne peux pas comprendre un pays comme le Sénégal où il y a de l’or, où il y a du fer, on a découvert du gaz, du pétrole, du zircon, où les terres sont très propices à l’agriculture qu’on laisse nos fils nos enfants tenter cette aventure incertaine et extrêmement dangereuse, alors qu’il suffit tout simplement de mettre le pays au travail, de libérer les énergies, pour qu’on parle d’un pays prospère et non d’un pays émergent… », scande le responsable du Grand Parti (GP) de Malick Gackou. 




Jeudi 23 Novembre 2017 - 12:36



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter