RDC: inquiétude à Goma après la disparition d’un musicien engagé

En RDC, c’est l’inquiétude, à Goma, au sujet de Black Man Bausi, un musicien engagé, très populaire. Sa famille dit être sans nouvelles de lui depuis le jeudi 8 février au soir, à la veille de l'ouverture du festival Amani dont il fut l'un des invités l'an passé. Dans plusieurs quartiers de la capitale, des jeunes et des fans sont sortis spontanément dans les rues, samedi 10 février, pour dire leur inquiétude. La police est intervenue.



RDC: inquiétude à Goma après la disparition d’un musicien engagé
« Qu'il revienne vite... ! ». C'est le cri du cœur lancé par ces jeunes enfants, sortis par dizaines dans le quartier Katindo de Goma. Des voisins et des fans de Black Man Bausi se disent frustrés et inquiets de sa disparition.
 
« On n'a plus vu Black Man depuis jeudi. Nous l'avons cherché dans tout le quartier, il est introuvable. C'est pour ça que nous marchons. Nous voulons qu'on nous le rende et qu'on nous le rende vivant. Nous sommes tristes, vraiment. Dans quel pays vivons-nous ? », s’insurge un des jeunes.
 
Dès vendredi, la famille de Black Man Bausi a écrit une lettre aux autorités. Rémy Changa, l'un de ses grand-frères, précise que la dernière fois qu’il a vu son frère, ce dernier s’apprêtait à participer à une émission de radio.
 
Menaces
 
« Il a promis que dans 15 minutes, il rentrerait à la maison mais jusqu’à présent, il n’est pas revenu. Nous sommes en train de nous adresser aux différentes prisons de la place pour voir s’il a été arrêté mais jusque-là, aucune suite favorable. Nous craignons pour sa vie et pour son intégrité physique. Nous plaidons à ce que les autorités puissent nous aider et interpeller, par tous les moyens possibles, tous les canaux, afin de trouver Black Man », a-t-il appelé.
 
Selon sa famille, Black Man Bausi avait reçu des menaces récemment, suite à une chanson critique vis-à-vis d'un pasteur réputé proche des autorités. Mais à ce stade, toutes les hypothèses sont envisagées.
 
Pas de réaction officielle
 
Les organisateurs du festival Amani invitent quiconque aurait des informations sur cette figure de la vie musicale de Goma à les partager. Aucune autorité, ni policière ni administrative, n'a souhaité réagir samedi soir.

RFI

Dimanche 11 Février 2018 - 14:58



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter