Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



RDC: les nombreuses interrogations qui demeurent dans «l'affaire des 15 millions»

De nombreuses questions persistent après la révélation de l'affaire dite des « 15 millions de dollars » présumés disparus en République démocratique du Congo (RDC), que ce soit sur le rôle de l'Inspection générale des finances (IGF) ou sur la dimension politique de l'affaire : règlement de comptes entre membres de l'entourage présidentiel ou action des agents nommés du temps de Joseph Kabila ?



En République démocratique du Congo (RDC), de nombreuses interrogations demeurent autour de « l'affaire des 15 millions » de dollars présumés disparus des comptes publics, et notamment d'abord sur le rôle de l'Inspection générale des finances (IGF). Ce service de contrôle des dépenses publiques existe depuis de très nombreuses années mais n'avait pas vraiment fait parler de lui jusqu'à présent.

La rapidité de l'enquête menée par les inspecteurs de l'IGF, nommés du temps de l'ancien président Joseph Kabila, interroge également. Enfin, des questions existent sur les ressorts politiques de cette affaire, où le nom de Vital Kamerhe, le puissant chef de cabinet de Félix Tshisekedi, revient en boucle. Il fait partie des quatre personnalités mises en cause par l'IGF.

Règlement de comptes au sein de la présidence

Il y a bien eu détournement parce que l’argent n'a pas été viré sur le compte sur lequel il était destiné à être viré, nous explique Trésor Kibangula, du Groupe d'étude sur le Congo (GEC). « Où est parti cet argent ? C’est là où le politique intervient. Il y a à la fois les conflits entre une partie de l’entourage de Félix Tshiskedi, notamment son conseiller Marcellin Bilomba, qui ne s’entend pas avec Vital Kamerhe, qui occupe le poste stratégique de directeur de cabinet. Les deux hommes sont-ils en train de se livrer une bataille au sein même de la présidence ? »

Est-ce ceux qui étaient là avant eux, dans [l'équipe] de Joseph Kabila, qui a réussi à garder quand même quelques leviers du pouvoir, notamment parce qu’ils ont nommé la plupart des inspecteurs qui sont à l’Inspection générale des finances ? s'interroge-t-il également.

Est-ce que ces gens-là n’ont pas eu aussi intérêt à essayer d’instrumentaliser l’Inspection générale des finances pour que l’on puisse nuire à Vital Kamerhe qui dérange aussi les autres alliés du président Félix Tshisekedi qui se trouvent dans le camp de Joseph Kabila, c’est-à-dire le Front commun pour le Congo (FCC) ? ».

Rfi.fr

Samedi 14 Septembre 2019 - 12:04



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter