Réformes des Forces Armées Maliennes (FAMas) : Les médecins militaires demandent la création d’un hôpital militaire au Mali

La Société Malienne de Médecine Militaire (SoMaMeM) et la Direction Centrale des Services de Santé des Armées du Mali (DCSSA), ont organisé du 12 au 14 avril à l’Ecole de Maintien de la Paix Alioune Blondin BEYE le 1er congrès de la Société Malienne de Médecine Militaire couplé aux 4èmes journées scientifiques de Médecine Militaire placées sous le thème ’’Aptitude et Inaptitude dans les Armées et Services’’. A cette occasion, les participants ont exprimé leur souhait de la réalisation d’un hôpital militaire digne de ce nom au Mali.



Réformes des Forces Armées Maliennes (FAMas) : Les médecins militaires demandent la création d’un hôpital militaire au Mali
La cérémonie d’ouverture a été présidée par le Général Salif Koné, Secrétaire Général du Ministère de la Défense et des Anciens Combattants. Et pour la circonstance, il était  accompagné par le chef d’Etat-Major général des Armées, le Général Didier Dakouo et, d’une forte délégation d’officiers supérieurs de notre pays, dont le médecin Colonel Major Boubacar Dembélé, Directeur central des Services de Santé des Armées.
Ce 1èr congrès de la Société Malienne de Médecine Militaire couplé aux 4èmes  journées scientifiques de Médecine Militaire fut un espace d’échanges pour les médecins militaires du Mali   avec leurs confrères de la sous-région. A  savoir ceux  : du  Sénégal, de la  Côte d’Ivoire, du Burkina Faso et du Niger.
De prime abord, le Directeur central des Services de Santé des Armées, le médecin Colonel Major Boubacar Dembélé a invité l’assistance à observer une minute de silence à la mémoire de tous leurs frères d’armes tombés sur le champ d’honneur en général, et particulièrement à la mémoire du Médecin Commandant Mamadou S Camara froidement assassiné à Gao en Mai 2016 et du médecin Lieutenant Abdoulaye Sagara tombé sous les balles des terroristes à Boulkessy avec son infirmier le Caporal Kary Diarra pendant qu’ils étaient en train de sauver des vies.

Pour lui, le choix du thème ‘’aptitude et inaptitude dans les armées et services’’ n’est pas  fortuit. Car il est d’actualité à plus d’un titre. Et pour preuve dit-il,  depuis 2015 la loi de programmation militaire est  entrée en vigueur. Avec pour objectif  de procéder à une réforme structurelle et profonde de notre outil de défense en le dotant  de moyens  humains et matériels pour faire face aux défis de l’heure.
Selon le médecin Colonel Major Boubacar Dembélé, le deuxième thème qui sera abordé  a trait aux maladies cardiovasculaires, premières causes de mortalité dans le monde. Et pour lui les forces armées et de sécurité n’en sont pas épargnées et doivent s’approprier au changement de comportement.

Pour lui, avec la nouvelle loi d’orientation et de programmation militaire (LOPM), les services de santé des armées attendent avec impatience : la création d’un hôpital militaire, la reconstruction des infirmeries de garnison qui deviendront des centres médicaux de garnison et le rehaussement du niveau du plateau technique.

Quant au Secrétaire Général du Ministère de la Défense et des Anciens Combattants, Gal Safif Koné, il a réaffirmé le soutien de son département à accompagner la Direction Centrale des Services de Santé des Armées dans l’accomplissement de ses missions qui consistent à sauver des vies.

La cérémonie d’ouverture a pris fin par une visite des stands érigés pour l’occasion par des partenaires de la médecine militaire dans notre pays.

Malijet.com

Lundi 24 Avril 2017 - 14:49



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter