Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Révélation du Pr. Mamadou Diarra Beye: «près de 300 cas sévères sous oxygène sont dans les CTE »



Révélation du Pr. Mamadou Diarra Beye: «près de 300 cas sévères sous oxygène sont dans les CTE »
Parmi les cas graves de Covid-19, il y a des cas sévères, actuellement suivis dans les Centres de traitement épidémiologiques (CTE). La révélation a été faite par le Directeur du Samu national, Pr. Mamadou Diarra Bèye qui informe qu’ils sont au nombre de trois-cents (300) et consomment énormément d’oxygène.

« Au-delà des cas graves traités en réanimation, nous avons également des cas sévères. Et c’est important. Parce que les cas sévères, si on note bien, ce sont les cas qui sont dans les CTE parce que depuis que la prise en charge à domicile a commencé, les cas asymptomatiques, c’est-à-dire des personnes qui ne présentent pas de risques vitaux, ou des complications majeures, sont prises aux domiciles avec un suivi. Mais les cas sévères qui nécessitent une prise en charge rapprochée, qui nécessitent parfois l’administration d’oxygène ou d’autres médicaments, sont dans les CTE », a fait savoir le Directeur du Samu national qui réagissait lors du point du jour du ministère de la Santé.

Il précise que ces cas sévères sont « à peu près 300. Et ces patients dans les CTE consomment énormément d’oxygène. En moyenne, les malades prennent à peu près 10 à 15 litres par minute. Pour tous ces patients, on peut comprendre que la surveillance est difficile. Quand on est en surveillance continue, 1 à 3 soignants par patient et de façon rapprochée. Cela peut expliquer régalement la charge de travail ».

 Taux de létalité inférieur à 2, 5%

Malgré la hausse des cas graves de Covid-19 notée ces derniers jours, le taux de létalité actuel est superposable à celui avec la première vague, a souligné le Professeur. « Si les cas graves augmentent, forcément le nombre de décès augmente. Mais en pourcentage, on est resté sur un taux de létalité qui est superposable avec la première phase parce qu’on reste toujours avec un taux de létalité inférieur à 2, 5% ».

Aminata Diouf

Dimanche 10 Janvier 2021 - 12:01


div id="taboola-below-article-thumbnails">

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter