Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Sénégal-baisse des prix : les transporteurs font de la résistance

Les usagers du transport devront encore patienter pour payer cher. En effet, la baisse du prix du transport annoncée le 10 janvier n’est toujours pas encore effective. Les chauffeurs, receveurs et apprentis disent attendre un ordre de leurs supérieurs pour faire chuter les prix tandis les clients demandent à l’Etat de prendre ses responsabilités.



Les véhicules de transport en commun à la gare
Les véhicules de transport en commun à la gare
10h 45mn au terminus liberté 5. Cette gare située en plein cœur des Sicap accueille beaucoup de véhicules de transport en commun. Les minibus TATA et les bus de Dakar Dem Dikk y cohabitent sans grande difficulté. Pendant que certains prennent le départ, d’autres attendent leur tour. Les chauffeurs et apprentis profitent de cette pause pour manger alors que les clients, selon leur destination embarquent en attendant l’heure de départ. Ce beau monde ne semble pas se préoccuper du changement devant intervenir sur les tarifs. Ils n’en parlent même pas.

«Nous avons reçu aucun ordre de nos supérieurs nous demandant d’appliquer la baisse à hauteur de 17% des prix du transport fixés par l’Etat», lance Diouldé un des receveurs qui s’est un peu isolé par rapport à ses pairs. Et de préciser : «nos supérieurs avaient décidé d’appliquer ces tarifs à partir d’aujourd’hui, mais jusque-là nous n’avons reçu aucun ordre». Diouldé fait, à cet effet, savoir que «d’habitude s’il y a une hausse ou une réduction des tarifs de transports, nos supérieurs affichent la nouvelle grille tarifaire dans tous les minicars. Mais, là comme vous le constatez rien n’est affiché. Ce qui nous amène valablement à continuer d’appliquer les mêmes prix».

Autre lieu, autre type de transport, toutefois, c’est la même situation qui prévaut. Du côté des cars «Ndiaga Ndiaye (minicar Mercedes 508)», il n’y a pas de baisse des prix du transport. «Nous n’avons pas encore diminué les 25 Francs CFA sur le prix du transport. Peut-être d’ici demain ou après demain, cela sera fait. Nous attendons le feu vert de nos syndicalistes», explique un apprenti répondu du nom de Pape Diop. Il tente, ainsi, de rassurer les usagers : «pour ce qui est des clients, ils ne doivent pas s’inquiéter car il y aura bel et bien une réduction des prix».

Son véhicule de transport est stationné à la cité des eaux précisément à Castors. Un endroit devenu très exigu du fait du stationnement des car «Ndiaga Ndiaye» et cars rapides, mais aussi du marché hebdomadaire du samedi. Les embouteillages sont très fréquents à ce niveau.

Alors qu’on n’a pas fini de faire le tour de cette gare de fortune, nous tombons sur une dispute entre un apprenti «Ndiaga Ndiaye» et un client. L’objet de cette querelle serait lié à la baisse des tarifs dans le secteur du transport.

«Quand le gouvernement prend ce genre de décisions, il doit prendre ses responsabilités. Par la mise sur pied d’agents de régulation qui vont veiller à l’application de la mesure. Les commerçants ou les transporteurs sénégalais sont pressés d’appliquer la mesure s’il s’agit d’une hausse alors que si c’est le contraire (une baisse), ils traînent le pied et rechignent parfois à l’appliquer» déplore le client lors de sa dispute avec l’apprenti.

Du côté des «cars rapides» également la baisse des tarifs n’est toujours pas encore effective.

Papa Mamadou Diéry Diallo (Stagiaire)

Dimanche 11 Janvier 2009 - 14:47



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter