Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Sénégal – pour contrer l’opposition: l’idée de la création d’un ministère de la ville agitée

Un ministère de la ville pourrait bien voir le jour au prochain remaniement consécutif aux élections locales. L’idée est de plus en plus agitée. Et des inquiétudes fusent déjà. L’opposition n’entend pas la laisser germer.



Sénégal – pour contrer l’opposition: l’idée de la création d’un ministère de la ville agitée
La Coalition Bennoo Siggil Senegaal qui a remporté l’essentiel des collectivités locales du pays monte au créneau pour récuser le projet de création de ce ministère. Les jeunes de la Ligue Démocratique (LD) ainsi que de l’opposition ont exprimé leur détermination à éviter que le président Abdoulaye Wade accompagne les futurs maires, les présidents de conseils ruraux et régionaux comme il l’a bien annoncé lors de la première réunion du conseil des ministres après les élections locales.

Selon ces jeunes, le chef de l’Etat veut utiliser cela comme une arme pour restreindre les pouvoirs et les compétences des collectivités locales. «Des rumeurs font état de la création d’un ministère de la ville par Me Abdoulaye Wade pour créer des problèmes aux élus locaux. Le fait de ressusciter le ministère de la ville qu’avait alors occupé le ministre Daour Cissé du temps des socialistes aura comme conséquences directes l’entretien d’un conflit de compétences et un chevauchement avec le ministère et les collectivités locales», ont-ils déclaré lors d’une conférence de presse. Ce qui ne manquera pas d’entacher, selon eux, le travail des élus locaux. «Mais, c’est peine perdue. Qu’il (Abdoulaye Wade) le sache que Bennoo Siggil Senegaal ne se laissera pas faire», a fait savoir Aliou Gningue. Et d’ajouter : «Bennoo Siggil Senegaal entend user de toutes les prorogatives que les textes de la décentralisation lui donnent droit. Par conséquent nous exercerons pleinement nos compétences».

Ces jeunes camarades d’Abdoulaye Bathily se sont, en outre, insurgés contre l’achat de conscience de conscience. «Les jeunes de Bennoo Siggil Senegaal se tiendront comme un seul homme pour défendre leur victoire. Nous n’accepterons pas l’achat de conscience d’un seul conseiller», a averti Demba Samba Tavette. Il garde, par ailleurs espoir que les querelles en leur sein pour l’occupation des fauteuils de maires, président de conseils régionaux et ruraux trouveront une solution.

Ousmane Pouye

Mercredi 1 Avril 2009 - 13:28


div id="taboola-below-article-thumbnails">


1.Posté par Alia Diéne DRAME le 02/04/2009 13:12
Les Sénégalais doivent refuser de se laisser divertir. La création ( au delà de l'incidence sur le Budget de l'Etat) d'un minsitère de la Ville ne devrait pas empêcher les élus locaux d'exercer pleinement leurs compétences qu'ils tiennent de la loi et de la legitimité du résultats des urnes. Que chacun fasse son travail dans le respect strict des lois de la République ! Il est temps que le pays se remette au travail ! Que DIEU continue à veiller sur notre SENEGAL.

2.Posté par alphousseyni diatta le 02/04/2009 14:25
Dieu sauve le sénégal , comme dirait l'autre . le sénégal est un pays de démocratie , cela est maintenant confirmé . plus question maintenant de retourner en arrière . les sénégalais y compris le président de la république doivent se réjouir de l'issue des élections de mars 2009 . ceux ci ont consacrées l'imminence d'une collaboration , je dis bien d'une collaboration contradictoire et positive qui inéluctablement , fera progresser de manière significative le pays.

en parlant de pays , ses differentes composantes , exigent à travers l'expression des urnes , un dépassement que je dirai émotionnel des parties en concours dans le pays . à bas les succeptibilités d'un autre age ; sénégalais et sénégalaises à l'unisson pour que vive le sénégal .

ce sénégal d'après 22 mars 2009 , ouvre désormais une nouvelle ère ; celle d 'hommes politiques capables de ne plus concevoir une non éléction comme une défaite , avec tout ce que cela signifie comme concepte chargé d'amertume ; mais plutot comme un évenement normal dans une république démocratique. c'est cela ou disparaitre de la scène .

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter