PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)




Sondage : six Français sur dix ne veulent pas qu'Emmanuel Macron se représente en 2022

Selon notre sondage Odoxa-Dentsu Consulting, le président de la République est jugé ni humble ni proche des gens.



Sondage : six Français sur dix ne veulent pas qu'Emmanuel Macron se représente en 2022
Ce n'est pas le moindre des paradoxes. Les Français font crédit à Emmanuel Macron d'être à la hauteur de la fonction, mais une nette majorité (59 %) ne souhaite pas pour autant qu'il se représente en 2022. C'est ce qui ressort du sondage Odoxa-Dentsu Consulting pour Le Figaro et Franceinfo. Petite consolation: après la première année de François Hollande à l'Élysée, ils étaient 77 % à ne pas vouloir de reconduction. On connaît la suite: le Corrézien n'a jamais réussi à redresser la barre.

Ce mauvais résultat pour Emmanuel Macron s'explique par deux raisons. D'abord, des traits d'image très contrastés. Si l'actuel chef de l'État est reconnu comme dynamique (78 %), sachant où il va (66 %), incarnant le renouveau (59%) et même compétent, il est vu comme ni humble (76%) ni proche des gens (68%).

Un président clivant

Ensuite, l'orientation de sa politique est jugée trop déséquilibrée, penchant plus à droite qu'à gauche. Ses réformes sont «socialement injustes» pour 72 % des Français. Sept Français sur dix acceptent de lui coller la désormais fameuse étiquette du «président des riches», qui risque de s'enkyster. La suppression surprise de l'«exit tax», cette taxe censée éviter l'exil fiscal des chefs d'entreprise, ne va rien arranger. Elle arrive après la transformation de l'ISF et la mise en place d'une flat tax sur les revenus financiers destinée à attirer les capitaux étrangers. «Cette perception le poursuivra sans doute - avec plus ou moins d'intensité - jusqu'à la fin de son quinquennat et est clairement ce qui empêche les Français, pour le moment, de tirer un bilan globalement positif d'un an de présidence Macron», analyse Gaël Sliman, le président d'Odoxa.

Il en résulte une situation étonnante: Emmanuel Macron a beau avoir été élu il y a un an pile sur le dépassement des fractures du pays, il clive très nettement. Deux France se font face. Celle qui le plébiscite: des cadres, des CSP +, des urbains, des diplômés (62 % des Français ayant un diplôme supérieur au bac), qui ont trouvé une place dans la mondialisation ; et celle qui rejette sa politique: ouvriers (61% d'entre eux), France périurbaine, personnes les moins qualifiées (57 %).

Plus apprécié par les seniors que par les jeunes

Les seniors, pourtant touchés par la hausse de la CSG, l'apprécient (55 %) plus que les jeunes. Sur le plan partisan, Emmanuel Macron peut compter sur l'appui inconditionnel des électeurs d'En marche!, mais aussi sur un peu plus d'un sympathisant PS sur deux (51 %) et sur une majorité de sympathisants LR (57 %). Une bonne nouvelle pour lui, s'il veut poursuivre son travail de recomposition politique. À l'inverse, le chef de l'État est rejeté très largement par les sympathisants du FN (76 %) et par ceux de La France insoumise (78 %). Au final, 48 % des Français ont une bonne opinion de lui. Le «en même temps» a ses limites.

Sur les réseaux sociaux, enfin, le nom du chef de l'État a suscité en un an près de 50 millions de messages, dont 20 millions à l'étranger. Une preuve de l'intérêt et des polémiques que le président suscite. De son côté, Emmanuel Macron a beaucoup tweeté. Il a même posté plus de messages que Donald Trump!

lefigaro.fr

Vendredi 4 Mai 2018 - 21:57



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter