Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Tchad: la preuve de vie de Tom Erdimi, un nouveau pas vers le pré-dialogue à Doha

Entré en rébellion en 2005, Tom Erdimi avait disparu fin 2020 il y a plus d'un an en Égypte où il résidait. Sa famille se disait sans nouvelles et avait saisi le Comité des Droits de l'Homme de l'ONU. Son frère Timane a donc confirmé sur RFI avoir eu une preuve de vie tangible. Cela intervient à l'approche d'une rencontre politique importante pour les autorités tchadiennes de la transition.



Le fameux pré-dialogue censé se tenir à Doha au Qatar et dont la date est encore incertaine. Ce rendez-vous doit préparer le futur dialogue national à Ndjamena. L'un des enjeux majeurs, c'est la participation de tous les mouvements politico-militaires. Les autorités de la transition tchadienne ont besoin que tous les groupes soient à la table des discussions.
 
Or Timane Erdimi à la tête d'une des principales coalitions rebelles avait posé comme condition : la libération de son frère Tom. Cette preuve de vie tangible apparaît comme un geste de plus dans une tentative de décrispation.
 
Tom Erdimi, pour le moment, est toujours détenu au Caire, à la prison de Tora, selon son frère Timane. Ce dernier ne lui a pas parlé directement au téléphone. Un neveu est allé en Égypte au début du mois avec l'actuel président du Tchad Mahamat Idriss Deby.
Libération de prisonniers
À cette occasion, ce neveu a rendu visite à son oncle. Et il est resté en Égypte pour s'occuper de la procédure permettant la libération totale de Tom Erdimi. Tom Erdimi, 66 ans, était en Égypte avec le statut de réfugié selon sa famille quand il a disparu il y a un an en décembre 2020, arrêté selon ses proches par les services secrets égyptiens.
 
Cette perspective de dénouement pour Tom Erdimi coïncide avec d'autres gestes des autorités tchadiennes. Mardi 18 janvier, une cérémonie de libération de prisonniers amnistiés a eu lieu. Parmi eux, des membres de l'Union des forces de la résistance (UFR), l'alliance rebelle dirigée par Timane Erdimi. Il y avait également des membres du Mouvement pour la paix, la reconstruction et le développement (MPRD) de Djibrine Dassert.
 
En décembre, la transition dirigée par Mahamat Idriss Deby a adopté deux lois d'amnistie pour près de 300 opposants et combattants arrêtés sous le régime de feu Idriss Deby.
 
Les détenus appartenant au FACT, eux, ne sont pas concernés par l'amnistie, car ils n'ont pas encore été jugés. Une équation à résoudre pour les autorités de la transition pour espérer obtenir la participation de ce mouvement rebelle au processus de dialogue.

RFI

Mercredi 19 Janvier 2022 - 13:03


div id="taboola-below-article-thumbnails">

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter