Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Teranga Gold Corporation contribue à hauteur de 119 milliards FCFA à l’économie nationale en 2019



Teranga Gold Corporation contribue à hauteur de 119 milliards FCFA à l’économie nationale en 2019
La société aurifère Teranga Gold Corporation a contribué à hauteur de 203 millions de dollars, soit 119 milliards francs Cfa, à l’économie nationale, en 2019. C’est ce qui résulte du rapport annuel de cette société qui révèle que 95% de ses salariés sont des résidents nationaux. Ce sont 1362 emplois qui ont été créés au Sénégal, dont 366 dans le département de Saraya, 174 dans la région de Kédougou et 748 pour le reste du Sénégal.

La production d’un demi-million d’onces d’or par an est attendue à partir de 2021. Teranga a produit plus de deux millions d’onces d’or dans sa première mine à Sabodala. Ainsi, le rapport révèle que la contribution totale de la société à l’économie sénégalaise culmine à 119 milliards francs Cfa, soit 203 millions de dollars ; dont 58.218.786 millions de dollars représentent des paiements au gouvernement. 

Les salaires des employés locaux sont évalués à 10.616.169 millions de dollars, dans l’approvisionnement local 132.688.312 millions de dollars ont été injectés et 1.079.762 million de dollars qui ont servi à l’investissement communautaire.

S’y ajoute que la société Teranga achète 69% de ses biens et services dans le pays. En outre, Teranga s’engage à investir 1,2 million de dollars par année dans le cadre du Fonds social de Sabodala tel qu’il a été établi dans sa convention minière.
Déjà, à Sabodala qui abrite la mine, la société a financé 8 zones de jardinage irriguées opérationnelles depuis 2019 avec une production totale de 61 tonnes; 5 tonnes de semences de riz distribués à 290 producteurs dans 7 villages entre autres.

95% des salariés des mines du Sénégal sont des résidents nationaux

L’engagement à créer de l’emploi dans chacun des pays où la société est présente s’est traduit, par exemple, par un taux de 95% de nationaux dans les effectifs de Sabodala. Ainsi 46% des employés sont issus des régions de Kédougou et Tambacounda dont 27% du département de Saraya qui abrite la mine. Ce sont 1362 emplois qui ont été créés au Sénégal dont 366 dans le département de Saraya, 174 dans la région de Kédougou (excluant Saraya) et 748 pour le reste du Sénégal. 

En plus de mettre en place un système de formation pour développer les talents locaux en commençant par des compétences de base en matière de sécurité, de technologie de l’information, de langue et de calcul et en progressant vers la formation en leadership et les compétences en gestion au fur et à mesure que les employés progressent dans leur carrière. Ainsi, 198 employés ont été certifiés en leadership de 1er rang depuis 2015. Un partenariat a été établi en 2019 avec le lycée technique de Kédougou et a permis d’offrir à 108 lycéens des stages dans la mine.

La société a contribué à prévenir environ 3873 cas de paludisme en 2019

La société Teranga est également engagée dans la lutte contre la forte prévalence du paludisme dans la région de Kédougou. En effet, Sabodala mène une campagne annuelle d’élimination du paludisme dénommée «zéro paludisme, je m’engage». Sur le site de la mine, en plus de la sensibilisation, la pulvérisation d’insecticide est un élément clé, avec environ 85% des bâtiments dans 16 villages pulvérisés en juin et novembre, soit au total plus de 9400 bâtiments.

La campagne d’élimination du paludisme a enregistré d’excellents résultats : en 2019 le taux de paludisme par personne était inférieur de 32% dans les villages environnants qui avaient été pulvérisés, ce qui signifie, d’après le rapport, que la société a contribué à prévenir environ 3873 cas de paludisme en 2019. «Le taux au sein de notre effectif a également diminué considérablement en 2019 soit 30% de moins que la moyenne des trois dernières années», note le rapport. En effet, l’objectif est de mettre fin au paludisme aux maladies tropicales négligées, au sida et à la tuberculose à l’horizon 2030. De combattre l’hépatite, les maladies transmises par l’eau, entre autres objectifs.

0,31% de taux d’accident avec arrêt de travail

En ce qui concerne la sécurité et la santé dans les sites exploités par la société Teranga, le taux de fréquence total des blessures rapportées est de 2,18%, nettement inférieur à la quasi-totalité des entreprises, excepté cinq des 27 compagnies du Conseil international des mines et métaux en 2019 qui était de 3,20%. Le taux d’accident avec arrêt de travail est de 0,31% par million d’heures travaillées. Une performance justifiée par une politique de santé et de sécurité au travail qui décrit les engagements et les exigences de l’entreprise qui s’appliquent également aux contractants et fournisseurs sur le site.

Concernant l’impact environnemental, Teranga, révèle le rapport, n’a connu qu’un seul déversement important en 2019 avec 2500 litres de mazout lourd déversés à la centrale électrique de Sabodala dans un système de drainage des eaux pluviales. Cependant, il n’y a pas eu d’impact, d’après le rapport, sur les sources d’eau, car le déversement a été nettoyé immédiatement et le sol a été assaini. Mieux, l’incident a été signalé aux organismes de règlementation. Teranga n’a aucune amende ou sanction non monétaire pour non-respect des lois et règlements environnementales en 2019.

98% des plaintes de Sabodala ont été clôturées en fin 2019

L’implantation de ces sociétés aurifères occasionnent des dégâts aux habitants, à l’environnement etc. Et des plaintes sont brandies pour dénoncer ces pratiques. Toutefois, la société Teranga a mis en place des procédures de gestion des plaintes. Ce qui a été à l’origine de la gestion de ces différends. En effet, 98% des plaintes de Sabodala ont été clôturées à la fin 2019. Une démarche motivée par la nécessité d’avoir une solution complète aux problèmes de dynamitage et de dommages sur le terrain qui représente la majorité des plaintes. En fait, 60% des plaintes enregistrées sont relatives aux dégâts sur les récoltes et dommages au logement issus du dynamitage. 29% des plaintes sont relatives à la réinstallation. Et, la nature du problème, c’est soit l’indemnisation des structures et des terres ou les questions relatives à la construction de maisons de réinstallation. Les 10% des autres plaintes représentent les dégâts liés à l’emploi, les accidents de la circulation etc.

Pour exploiter les mines, certaines populations sont contraintes à être réinstallées. Et, ces réinstallations en 2019 à Sabodala comprenaient le déplacement économique à Goumbati-Kobokoto avec 22 ménages et 448 personnes touchés et le déplacement physique et économique à Niakafiri avec 644 ménages et 4062 personnes touchés. Dans ces sites de réinstallation, Teranga apporte des améliorations significatives pour toute maison de remplacement y compris la fourniture de moustiquaires, de latrines à double fosse, en plus de s’assurer que les ménages seront en mesure d’avoir accès à l’eau et à l’électricité.

avec Lec Echos

Salif SAKHANOKHO

Vendredi 25 Septembre 2020 - 11:15



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter