Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Un accord de paix conclu entre gouvernement et groupes rebelles



Les pourparlers de Khartoum (Soudan) entre le gouvernement et groupes armés de la République Centrafricaine ont abouti à un accord de paix.

L'accord qui a été obtenu samedi entre 14 groupes armés et le gouvernement est le 7ème depuis 2012.

La Centrafrique, pays en guerre depuis 2013, a eu pas moins de sept accords de paix en cinq ans, sans qu'aucun n'aboutisse au retour de la stabilité.

Le nouvel accord a été négocié sous l'égide de l'Union africaine (UA) et de l'ONU est doit relancer et ancrer la paix et l'espoir dans un pays endeuillé par des années de conflit.
Le dialogue de Khartoum, préparé depuis juillet 2017 par l'UA et soutenu par les principaux partenaires de Bangui, se voulait plus ambitieux que les précédents.

Il a d'ailleurs permis de réunir les principaux mouvements rebelles qui occupent des régions entières.

Un accord de paix conclu entre gouvernement et groupes rebelles
Selon les premières informations, l'accord pourrait prendre en compte la mise en place d'une Commission justice, vérité et réparations, l'instauration de brigades mixtes et un gouvernement d'ouverture ou d'union nationale.

Les pourparlers de paix de Khartoum, qui ont débuté le 25 janvier, avaient été suspendus jeudi à cause de désaccords, en particulier sur la question de l'amnistie des responsables de crimes et d'exactions.

Sont particulièrement concernés par la question, les chefs de guerre dont plusieurs sont sous sanctions de l'ONU ou cités pour des cas de violations des droits de l'homme dans des rapports d'ONG.

"Nous sommes en train d'affiner le projet d'accord dont la quasi-totalité des dispositions est acceptée de part et d'autre", s'est réjoui sur son compte Twitter Smaïl Chergui, commissaire de l'Union africaine (UA) à la paix et la sécurité, qui participe aux négociations de Khartoum.

L'accord dont les détails n'ont pas été rendus publics, "devrait être paraphé" dimanche et signé "à Bangui dans quelques jours" confirme la délégation représentant le gouvernement centrafricain.

bbc

Dimanche 3 Février 2019 - 10:13



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter