PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)




Wade, ce surhomme



Lundi, 2 heures du matin à l'hôtel Hobbe de Kolda. Me Abdoulaye Wade et son cortège viennent de mettre un terme à une éprouvante journée. Tout le monde est cuit. Des gardes du corps aux journalistes en passant par les responsables et autres leaders de la Coalition gagnante Wattu Senegaal. Près de 500 kilomètres parcourus dans l'axe Kolda-Sedhiou-Bignona Ziguinchor-Kolda. Des centaines de kilomètres de routes, ponctués par des dizaines d'arrêts dans les villages de Gandé, Boukiline, Oudoucar, Tanaf etc.
Devant la porte d'entrée de la résidence hôtelière, il n'y a qu'un seul sujet de discussion entre les membres de la délégation : l'état physique de Wade. Tout le monde se demande comment il arrive à tenir à 91 ans, alors que les jeunes sont tous à bout de souffle.
Mayoro Faye, le chargé de Communication du Parti démocratique sénégalais (Pds) vient donner une information qui laisse tout le monde stupéfait. "Le président (Wade) voulait continuer à Tambacounda pour qu'on passe la nuit là-bas, mais on lui a prié de s'arrêter ici pour aujourd'hui", révèle-t-il.
 

Publicité



Depuis sa descente de l'avion à l'aérodrome de Kolda, l'ancien président n'a pas fait de pause. Embarqué dans son Mitsubishi, il est resté debout, buste hors du toit décapotable, à chaque arrêt et à chaque étape du périple, communiant avec ses militants et sympathisants. Certains d'entre eux le regardaient avec tristesse, dégoulinant de sueur, sous un chaud soleil d'hivernage. Mais lui, agitait toujours le bras envers ses milliers d'admirateurs, avec le sourire. Il était sans doute dopé par cette ferveur humaine autour de sa seule personne. Aussi, c'est peut-être sa manière à lui de prendre une revanche sur le sort qui l'avait désigné "ennemi public numéro 1" en 2012.

Il se susurre quelque part chez les mauvaises langues que le "vieux" prend des médicaments de toute sorte pour tenir debout. Mais une chose est sûre, il faut vivre avec lui une journée comme celle de ce dimanche 23 juillet 2017, pour savoir qu'il a des airs de surhomme.

AYOBA FAYE

Lundi 24 Juillet 2017 - 05:18



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter