Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



À Wuhan, un Nouvel an chinois à l'ombre du coronavirus

En Chine, les autorités sanitaires, qui craignent une augmentation du nombre des contaminations, prie les habitants de rester chez eux pour le Nouvel an lunaire, comme à Wuhan, le berceau de la pandémie, où la fête traditionnelle des « 10 000 familles » n’aura pas lieu cette année.



« La fête des 10 000 familles [Wan Jia Jian] pour le Nouvel An lunaire cette année ? Vous n’y pensez pas », déclare un chauffeur de taxi à notre correspondant en Chine, Stéphane Lagarde. Cette tradition séculaire du quartier de Baibuting à Wuhan est aussi devenue l’un des symboles - avec le marché de gros aux fruits de mer - d’une épidémie qui a marqué définitivement les esprits.
 
À l’abri des pamplemoussiers, on joue aux échecs, on fait du sport, on chante, mais on évite de se remémorer les 40 000 personnes qui se sont retrouvées, ici, l’hiver dernier. Les autorités censuraient encore l’information, alors que la pneumonie virale commençait à remplir les hôpitaux. 
 
« Les grands rassemblements favorisent la transmission du virus, explique une commerçante du quartier, qui n’est pas prête d’oublier. C'est une belle tradition, mais après ce qui est arrivé l’année dernière nous n’osons plus organiser les mêmes fêtes qu’avant. C’était une grande fête avant. Dans un ou deux ans, nous verrons. Pour l’instant c’est pas possible ». La commission nationale de la santé vient en effet de recommander aux familles d’éviter de se rassembler pour le Nouvel An chinois.
 
Restrictions renforcées
Le 9 janvier, la Chine a par ailleurs renforcé les restrictions dans deux villes situées au sud de Pékin, déjà placées en quarantaine, dans l'espoir d'endiguer la flambée de Covid-19 la plus grave depuis six mois dans le pays.
 
À l'approche du Nouvel an chinois, célébré en février, la ville de Shijiazhuang a ainsi suspendu jusqu'à nouvel ordre le trafic du métro. Pour leur part, les habitants de Xingtai sont interdits de quitter leur domicile pendant une semaine.
 
La Chine est parvenue dès le printemps dernier à enrayer l'épidémie qui s'est répandue depuis à la surface du globe. Le pays a dénombré officiellement 4 634 morts, selon le dernier bilan comptabilisé en mai.

RFI

Dimanche 10 Janvier 2021 - 09:08


div id="taboola-below-article-thumbnails">

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter