Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Affaire Khashoggi: Erdogan et la stratégie des «fuites» dans la presse

Depuis plus de trois semaines, les médias du monde entier vivent au rythme des rebondissements de « l'affaire Khashoggi », du nom du journaliste saoudien Jamal Khashoggi, tué le 2 octobre dans le consulat de son pays à Istanbul. Chaque jour amène son lot de « fuites », orchestrées par le président Erdogan lui-même, qui instrumentalise la presse pour servir ses calculs politiques.



Affaire Khashoggi: Erdogan et la stratégie des «fuites» dans la presse
Affaire Khashoggi: Erdogan et la stratégie des «fuites» dans la presse
Jusqu'à ce que l'Arabie saoudite reconnaisse, le 20 octobre, la mort de Jamal Khashoggi dans son consulat d'Istanbul dans une version édulcorée prétextant une bagarre qui aurait mal tourné, que savait-on ? Que Jamal Khashoggi était entré le 2 octobre dans ce consulat saoudien et n'en était pas ressorti.
Jusqu'à ce que le président turc Recep Tayyip Erdogan confirme, ce mardi 23 octobre, des détails clés de l'enquête, que savait-on de façon certaine du sort de Jamal Khashoggi ? Qu'il avait été tué dans le consulat saoudien.
Tout le reste - les allées et venues des 15 agents saoudiens venus spécialement de Riyad pour tuer le journaliste, le stratagème des meurtriers, les recherches en forêt pour retrouver son corps - tout cela était certes connu mais au conditionnel, car fourni à la presse locale et internationale par des officiels turcs sous couvert d'anonymat, sans vérification possible.
Depuis le début de l'affaire, Recep Tayyip Erdogan a mis en place une stratégie de communication redoutablement efficace. Il distille dans les médias des révélations au compte-gouttes, tel un feuilleton à rebondissements, qui lui permettent non seulement de maintenir l'attention du monde sur cette affaire, mais aussi de faire pression sur l'Arabie saoudite et sur les Etats-Unis.
Ce n'est d'ailleurs pas un hasard si les grands médias internationaux qui bénéficient de ces « fuites » sont quasiment tous des médias américains.

rfi.fr

Jeudi 25 Octobre 2018 - 10:37



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 14 Novembre 2018 - 11:23 Appel à la lutte contre la méningite en Afrique