Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Air Sénégal International: La solution de la dissolution



Les employés de la compagnie Air Sénégal International au chômage
Les employés de la compagnie Air Sénégal International au chômage
Air Sénégal International (ASI) a finalement rendu l’âme et devrait renaître sous le nom d’Air Teranga International (ATI). L’opération de charme conduite par les services du nouveau ministre des transports aériens a présenté cette issue, à grand renfort de publicité, comme un happy end (fin heureuse) après plusieurs mois de conflit entre les parties sénégalaise et marocaine.

Mais il ne faut pas vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué. Le discours jubilatoire et triomphaliste est à tempérer, eu égard au vaste chantier financier, économique et social qui jalonne le lancement de la nouvelle compagnie aérienne.

La liquidation judiciaire de l’entreprise, rendue nécessaire par le redressement manifestement impossible, suivra la cessation de paiement avec à la clé environ cinq (500) employés dont le redéploiement ne sera pas facile malgré les déclarations de bonne volonté sur leur intégration dans la future entité et dans d’autres sociétés évoluant dans le même secteur. Le risque d’une déflagration sociale est bien réel pour ces nombreux chefs de famille. Le démarrage d’ATI prévu vaguement « dans les plus brefs délais » renseigne sur le caractère encore abstrait du projet de relance de l’activité aéronautique sénégalaise.

Au plan financier, « l’Etat a demandé à un pool de banques d’affaires sénégalaises de piloter le processus et mobiliser les capitaux nécessaires », prévoit le gouvernement qui soutient que « le capital de la nouvelle société sera contrôlé par le secteur privé sénégalais et ouvert aux travailleurs. Véritable vœu pieu ! A-t-on associé déjà le patronat sénégalais ? Si oui, ne devrait-on pas lui laisser le soin d’annoncer, lui-même, le niveau de sa participation ? On ne peut pas faire le bonheur de quelqu’un en son absence ou contre sa volonté, s’il est suffisamment mature et conscient de ses intérêts.

L’accord précise également que la Ram ne contribuera pas financièrement mais techniquement, avec quelle contrepartie ? Les Etats n’ont pas d’amis, ils n’ont que des intérêts, disait opportunément un certain Charles De Gaulle. L’expérience d’ASI illustre que les intérêts priment sur les « relations diplomatiques et culturelles multiséculaires ». Cessons d’être volontairement naïfs et ouvrons les yeux.

Les difficultés ne seront pas que sociales et financières mais également techniques pour le rétablissement des relations avec l’Iata et l’Oaci, instances de régulation du transport aérien. Les deux hypothétiques aéronefs sur lesquels nous comptons, nonobstant les promesses de la Ram, pourraient être insuffisants pour une exploitation viable. Les travailleurs l’ont souligné, il faut au moins quatre avions pour un bon démarrage.

La naissance d’Air Teranga est partie pour être la résultante d’une grossesse à risques. La surveillance des conditions de la délivrance doit être alors extrême pour éviter une fausse couche qui douchera les espoirs des travailleurs mais aussi des usagers de manière générale.

Il faut fondamentalement éviter le pilotage à vue. Créer une société ne doit être que le début du commencement d’une gestion saine et rationnelle aux antipodes des pratiques gabegiques et peu citoyennes constatées jadis. Les dettes de l’Etat vis-à-vis de la défunte compagnie aérienne ont en partie plombé son envol. Sans compter également la propension de certaines autorités à voyager avec d’autres compagnies au détriment de la nationale qui constitue un véritable manque à gagner.
De même que la disqualification d’Air Sénégal du marché de l’acheminement des pèlerins à la Mecque au dernier moment au profit d’opérateurs incompétents a été une erreur monumentale. On a failli faire, sur un coup de sang, la même chose avec le Crédit agricole.

Le siège de la CNCASen plein centre ville à Dakar (Photo: upload.wikimedia.org)
Le siège de la CNCASen plein centre ville à Dakar (Photo: upload.wikimedia.org)
CNCAS, la dissolution de la "solution"

Si à Air Sénégal, on cherche encore la solution après la dissolution, à la Caisse nationale du crédit agricole du Sénégal (CNCAS), on en est à la dissolution de la « solution » du Président Wade de dissoudre la banque de l’immeuble Air Afrique pour créer une autre « banque verte » destinée aux les paysans. Son ministre des Finances Abdoulaye Diop a déclaré que les paysans pouvaient être « tranquilles » car « il ne s’agit pas de dissoudre la Cncas. Elle changera de nom, mais elle ne va pas disparaître », rassure le grand argentier de l’Etat devant les inquiétudes créées par son propre patron. Le pompier après l’incendie, quoi ! Curieuse similitude avec le scénario d’Air Sénégal jusque dans le changement de nom préconisé. Comme si cela seulement suffisait pour créer une nouvelle dynamique. Aucune étude préalable ne justifiait cette précipitation.

Il nous faut rompre avec la gouvernance par le spectacle, les effets d’annonce et autres effets de manche. Frapper les esprits, c’est bien mais ne pas les endommager, c’est encore mieux.
Ces dernières années, nous avons eu droit à une inflation de projets dont le lien est difficilement identifiable. Reva en 2007, Goana en 2009 et révolution rurale en 2009 sans oublier les programmes maïs, manioc et bissap auparavant. Ce matraquage de projets est déroutant. Les résultas sont difficilement quantifiables. Cela pose le problème de la planification qui nécessite l’évaluation de la stratégie mise en place, en ce qui concerne le domaine agricole. La navigation à vue est préjudiciable à notre économie sociale qui dépend grandement du secteur primaire. La place historique de l’arachide doit être redéfinie pour dissiper cette inquiétude qu’on veut tuer la filière pour des objectifs flous.

La question aérienne et celle agricole nous montrent que le meilleur style de gouvernance est celui de type horizontal et participatif. Prendre le temps de partager la réflexion, d’échanger avant de se prononcer ou de prendre une quelconque décision. Cela évite le recours systématique à la dissolution de ses « solutions » isolées et ainsi avoir de bonnes résolutions.

Abdoulaye Sylla

Mardi 2 Juin 2009 - 10:05



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter