Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Alioune Babara Cissé : « Il arrive des moments de l'histoire où il faut savoir parler à son peuple »



Alioune Babara Cissé : « Il arrive des moments de l'histoire où il faut savoir parler à son peuple »
Le Médiateur de la République, Alioune Babara Cissé, s’est exprimé sur la situation tendue au Sénégal, née de l’arrestation de l’opposant Ousmane Sonko. Il a appelé le président Macky Sall à écouter et à parler son peuple.

« Dans ce pays dans lequel on se trouve, on ne peut ne pas se parler, on ne peut pas également s'ignorer », a fait savoir le Médiateur de la République, qui estime que le président de la République doit écouter cette jeunesse qui lui parle et l'a beaucoup aimé et l'a suivi sur les sentiers du Sénégal.

Face à la presse, il soutient avoir pris ses « responsabilités sans avoir été actionné par qui que ce soit » pour parler aux Sénégalais. « J’ai crié partout qu’il faut que l’on arrête d’avoir un Sénégal à deux vitesses. Un Sénégal à part entière, et un sénégalais entièrement à part ce n’est pas tenable, c’était prévisible qu’il arriverait un moment que le couvercle sauterait. Et on aurait du mal à le rabattre sur la casserole », a-t-il laissé entendre.

Selon lui, « il faut de la compassion pour notre peuple. « Tant que nous restons en haut et pensons que nous n’avons de compte à rendre à personne, nous nous gonflons et bombons le torse parce que l’on nous aura critiqué, mais on ne fera jamais œuvre utile je puis vous l’assurer. » 

Alioune Badara Cissé à ses camarades du pouvoir de leur rappeler qu’on ne leur a pas confié ce pays pour croiser les braset voir ce pays aller à déliquescence, « mais pour trouver des méthodes alternatives de gestion, de compassion, d’amour et de tendresse. Que nous puissions répondre à ceux-là qui il y a douze ans nous ont confié leur sort ». 

Mais avouera-t-il, « nous nous sommes écartés de ces objectifs. Nous nous sommes écartés de cette finalité et quand le moment viendra de rendre compte nous serons mal barrés pour paraître fiers à côté de vous », a-t-il prévenu.

« Il faut marquer une pause pour parler « à notre jeunesse, à nos enfants, à nos autorités pour leur faire entendre le langage de la vérité », a-t-il laissé aussi entendre. « Je ne veux pas demain que l’on nous dise pourquoi vous n’avez rien dit quand le pays prenait feu de toutes parts », a-t-il prévenu.

Salif SAKHANOKHO

Dimanche 7 Mars 2021 - 13:32


div id="taboola-below-article-thumbnails">


1.Posté par Samba le 07/03/2021 17:05
Il va à la pêche

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter