Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Assaillant de Rambouillet: entre radicalisation et troubles de la personnalité

Cette nouvelle attaque à l’arme blanche survient après trois attentats terroristes, en quelques semaines, à l’automne dernier. Le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin doit présenter ce mercredi 28 avril, en Conseil des ministres, un projet de loi en préparation depuis plusieurs semaines pour renforcer la lutte contre le terrorisme. Quant à l’enquête sur l'attaque du commissariat de Rambouillet ce vendredi, elle se poursuit sur la personnalité à la fois troublée et radicalisée de l'assaillant, a déclaré le procureur national antiterroriste Jean-François Ricard, lors d'une conférence de presse ce dimanche matin.



C’est la 17e action terroriste islamiste, en France, depuis 2014, contre les forces de l’ordre, a d'abord rappelé le procureur. Neuf fonctionnaires et gendarmes ont perdu la vie et plus d’une vingtaine ont été blessés dans des attaques contre ces forces de l’ordre ciblées, dit-il, « parce qu’elles représentent l’État républicain ».
 
Le procureur est d’abord revenu sur le déroulé des faits et notamment sur les différents repérages qu’a opérés l’assaillant du commissariat de Rambouillet, avant de s’en prendre à la victime. Une victime qu’il a poignardée dans le sas du commissariat, aux cris d’Allah Akbar, selon des témoins.
 
À présent, les policiers travaillent toujours, dit le procureur, sur le profil exact de l’assaillant. Un hommesouffir inconnu des services de renseignements. « Aucune condamnation ne figure à son casier, a précisé le procureur. Et donc dans ce cadre, des gardes à vue sont en cours pour établir son profil, pour établir ses motivations. »
 
Aux quatre gardes à vue déjà en cours s’est ajoutée une cinquième, ce dimanche matin. Il s’agit d’un cousin de l’assaillant, qui est également placé en garde à vue pour être entendu.
 
Troubles et dépression
Sur les motivations de l’assaillant, « l’enquête doit se poursuivre, continue le procureur. Sa radicalisation paraît peu contestable mais il faut noter aussi la présence de troubles de la personnalité, qui ont été observés chez lui. »
 
Son père aurait notamment souligné que, d’un côté, il « avait adopté une pratique rigoureuse de l'islam depuis le début de l’année, mais qu’il a aussi des troubles du comportement ». La personne en garde à vue, qui l’a hébergé, a également souligné qu’il était dépressif et semblait avoir des troubles. Les enquêteurs devront faire la part des choses entre la radicalisation et d'éventuels troubles du comportement pour analyser son geste.
 
Vraie radicalisation
Toutefois, souligne le procureur, plusieurs faits pointent vers une vraie radicalisation : il a écouté - cela a été établi dans son téléphone portable - des chants religieux, juste avant de passer à l’action ; son contenu Facebook montre l’évolution de messages - d’abord centrés sur la religion - à partir de l’automne 2020, chargés d'une idéologie profondément plus violente et notamment à l’encontre de ceux qui sont censés insulter le Prophète.
 
L’enquête doit se poursuivre, précise Jean-François Ricard. Car il s'agit d'établir les motivations exactes de l’assaillant, son profil et s’il a été aidé ou encouragé dans son projet terroriste.

RFI

Dimanche 25 Avril 2021 - 16:55


div id="taboola-below-article-thumbnails">

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter