Avant le Tribunal correctionnel, Khalifa Sall devant la Chambre d’accusation mardi prochain

Vers une semaine décisive dans l’affaire de la caisse d’avance de la Mairie de Dakar dans le cadre de laquelle l’édile de la capitale sénégalaise est dans les liens de la détention depuis le 7 mars dernier. Renvoyé en Correctionnel après le rejet de sa caution, Khalifa Sall est à l’écoute de la Chambre d’accusation. L’audience est fixée le 12 décembre autrement dit mardi prochain. L’annonce a été faite par un de ses avocats, Me Cheikh Khoureychi BA qui ne comprend pas que le Doyen des Juges d’Instruction procède à l’enrôlement du dossier alors que l’information n’est pas encore clôturée.



Les avocats de l’Etat du Sénégal dans le cadre de l’affaire de la caisse d’avance, estiment qu’il est temps d’aller au procès. « L’ordonnance a été notifiée et donc notifiée à l’ensemble des avocats constitués dans l’affaire. Il appartient maintenant au Procureur de la République de procéder à l’enrôlement du dossier. Nous attendons à recevoir une assignation à comparaître », déclare Me Baboucar Cissé.

Loin d’être de cet avis, la défense du maire de Dakar dénonce, de son côté, « une violation des droits de Khalifa Sall et Compagnie ». « S’agissant de l’ordonnance de renvoi, nous ne l’avons pas reçu mais nous en avons pris connaissance à travers des organes de presse. Effectivement, on nous a dit que ce n’était pas une vue de l’esprit mais une ordonnance avait été rendue. Le juge avait refusé d’accéder à notre requête de désignation d’un expert sur la question de la caution, nous avons interjeté appel », soutient Me Cheikh Khoureychi BA.

A en croire les conseils de l’Etat, toutes les procédures ont été respectées dans cette affaire. « Ils ont demandé l’autorisation de fournir une caution portant sur des immeubles mais le Doyen des Juges d’Instruction (DJI) n’a pas accédé à cette demande, il a rejeté cette demande en même temps, il a rendu une ordonnance de renvoi. Ils sont libres de dire que c’est une affaire politique », explique Me Cissé.

Toujours pas d’accord, Me BA indique, pour sa part, que « la Chambre d’accusation va statuer sur une de (leurs) requêtes ». « Elle nous a convoqués à une audience qui se tiendra le 12 décembre. La Cour suprême nous a assignés à comparaître à une autre audience qui se tiendra le 14 (décembre), renseigne-t-il.

Ce, pour dire sur Radio Sénégal, que « nous avons deux (2) procédures en cours, c’est pourquoi nous demandons sur quelle base le juge peut arbitrairement clôturer une information qui n’est pas encore » close. Selon lui, le Procureur est en train de procéder à l’enrôlement du dossier, ce qui est une surprise. 


Vendredi 8 Décembre 2017 - 20:42



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter