Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Bénin: Boni Yayi n'a pas rencontré Patrice Talon



Boni Yayi est arrivé ce mercredi au Bénin accompagné d'une importante délégation de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest. La délégation de la Cédéao s'est rendue à la présidence pour une rencontre avec le président Patrice Talon, mais sans Boni Yayi.

Yayi Boni a choisi de ne pas participer à cette rencontre avec le président Patrice Talon. Selon un de ses proches, c'est pour éviter qu'on ne résume la crise béninoise à un conflit entre lui et le chef de l'État. « La crise est bien plus profonde », explique ce proche. « Il s'agit de l'avenir de la démocratie béninoise », souligne-t-il.

Boni Yayi a donc préféré laisser la délégation de la Cédéao qui l'accompagne, pour rentrer à son domicile, dans le quartier de Cadjehoun.

Un peu plus tôt dans l'après-midi, Thomas Boni Yayi s'est d'abord rendu chez l'ancien président Nicéphore Soglo, l'autre grande voix de l'opposition béninoise. Selon son entourage, il a ensuite présenté ses condoléances à la famille de Prudence Amoussou, cette mère de 7 enfants abattue lors d'une manifestation de l'opposition au lendemain des législatives contestées.

D'après nos informations, c'est le président du Nigeria Muhammadu Buhari qui a mis un avion à sa disposition. Boni Yayi réside au Nigeria depuis plus de 2 mois.

Avant d'arriver à Cotonou, il s'est d'abord rendu au Niger, où il a rencontré le président Issoufou. Et c'est en provenance du Niger qu'il est donc arrivé au Bénin.  Il devrait y séjourner quelques jours avant de repartir au Nigeria, apprend-on du côté de son entourage.

L'ancien président béninois avait quitté Cotonou, le 22 juin dernier, après plus d’un mois de confinement dans sa résidence du quartier de Cadjehoun, encerclée par les forces de l’ordre depuis les violences post-électorales qui ont succédé au scrutin législatif du 28 avril. Ces élections, auxquelles aucun parti d’opposition n’avait pu participer, a ouvert une crise politique dont le pays peine à sortir.

Rfi

Mercredi 20 Novembre 2019 - 18:30



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Samedi 14 Décembre 2019 - 09:37 2019, année de toutes les colères