Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Cheikh Bamba Dièye : « Personne y compris Macky Sall ne peut avoir un troisième mandat »



Cheikh Bamba  Dièye : «  Personne y compris Macky Sall ne peut avoir un troisième mandat »
Le député non-inscrit et secrétaire général du FSD/BJ, s’invite au débat sur une éventuelle 3e mandat du président Macky Sall qui défraie la chronique ces derniers jours.  Dans l’émission Objection de ce dimanche 27 octobre 2019, Cheikh Bamba Diéye déclare que "ce brouhaha autour de cette question n’a pas lieu d’être".

S’appuyant sur la Constitution du Sénégal, M. Diéye rappelle qu’: « il est clair au jour d’aujourd’hui qu’il n’est pas possible pour qui que ce soit y compris Macky Sall de jouir d’un troisième mandat ». Donc, se questionne-t-il : «  Pourquoi ce débat? ».  

 « Nous sommes dans un pays qui a besoin de construire un état de droit, nous avons besoin de protéger les citoyens de ce pays et nous avons besoin aussi de la mémoire, nous rappeler de ce qui s’est passé en 2011 et en 2012, de la grande souffrance qui qui a été la nôtre, celle de tous les Sénégalais pour simplement donner un corps et un contenu à la Constitution et à la lecture de la Constitution », explique-t-il.                                                                                          

Il poursuit  : «  Beaucoup d’entre nous y ont perdu la vie. Je pense que ça devrait être un moment extraordinaire dans la politique nationale pour que pour l’histoire et pour l’avenir que plus personne que ce soit de la majorité ou de l’opposition ne puisse développer dans son esprit une quelconque velléité à organiser un schéma similaire à celui de de 2011 ».             

Le député non-inscrit tient aussi à rappeler au peuple sénégalais que : « les acteurs de 2011 sont toujours là. Les Sénégalais qui se sont battus y compris le président Macky Sall sont encore là ».                               

Il prévient toutefois que « si jamais, cette fois-ci, nous avons de quelque bord que cela puisse être des velléités de nous réintroduire ce système-là,  les réponses des Sénégalais seront très différentes des celles que nous avions donné en 2012. Nous avons su que la réponse était violente en 2011-2012 ».

Aminata Diouf

Dimanche 27 Octobre 2019 - 12:24



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter