Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Chronique : Le Festival Mondial des blancs au pays des nègres



Chronique : Le Festival Mondial des blancs au pays des nègres
Les tirs groupés contre la tenue du 3e Festival Mondial des Arts Nègres se prolongent dans la presse par les couacs relevés dans l’organisation, on peut y ajouter les diatribes des artistes contre les organisateurs. Disons le pour une énième fois cela s’explique en grande partie par l’absence d’arguments valables qui militent en faveur de l’organisation d’une telle manifestation présentement au Sénégal.

La culture au-delà d’être un ensemble de valeurs d’une société est aussi une civilisation technique, de la production matérielle. L’autre dira que : « la culture traduit l’effort de mise en valeur de la nature ». Pour un 3e Festival mondial, en 2010, l’Afrique ou du moins le Sénégal et ses partenaires dans ce cadre de ce Festival, nous retiennent dans la culture, simples valeurs. Parlant du thème du Festival : la Renaissance, le Professeur Iba Der Thiam, considère que : « c’est un sursaut d’orgueil ». A l’ouverture comme au cours de certaines conférences, ils sont nombreux à penser que l’Afrique est le continent du futur. Seulement de simples sentiments surtout venant de bons nègres indépendants depuis 1960, ne construisent pas un continent. Et c’est toujours la même rengaine : les conséquences de la traite négrière, de la colonisation, de la dévaluation et les dénonciations contre « ceux qui travaillent pour que le lion ne se réveille jamais ». Nos propres dirigeants nous empêchent de se réveiller. « La RTS écartée de la réalisation du FESMAN au profit de chaînes occidentales » écrivait le journal l’As au lendemain de l’ouverture des festivités, là où le Populaire répondait : « fête des nègres, la cérémonie d’ouverture a été animée par les blancs qui ont donné le tempo, le rythme et la cadence ». Nous n’avons rien contre les bons concerts, les beaux tableaux, les débats littéraires… Nous voulons parler de la prise de conscience qui doit sous-tendre toute cette culture immatérielle. Une prise de conscience qui doit permettre à nos dirigeants de s’occuper partout et à tout moment des priorités des peuples. Sinon ce sera encore juste des milliards pour chanter, danser, regarder des masques et diminuer un moment la tension sociale en plus de transférer des devises pour une expertise étrangère au détriment de celle locale. Et les thèmes comme : l’apport des peuples noirs à la science et à la technique ou encore la Renaissance africaine stratégies économiques, se limiteront au stade de beaux discours.

Sans cette prise de conscience, disons le sincèrement, nous n’avons pas besoin de ce tintamarre, pour dire aux autres que : « nous sommes un peuple qui est entré depuis longtemps dans l’histoire ».


Mardi 14 Décembre 2010 - 11:22


div id="taboola-below-article-thumbnails">


1.Posté par Fodé Wagué le 14/12/2010 21:44
Chers journalistes et citoyens,
Cela fait plus de 11 mois qu'on courent derrières nos indemnités de licenciement et le mois de janvier s'il vous plait dites à ceux qui de droit de nous payer car si le FESMAN 3 est là c'est grâce à nous car nous y avons mis 5 ans de durs travail et labeurs et c'est pas la nouvelle délégation qui dira le contraire. et en plus de tout cela nous sommes des jeunes et des soutien de familles alors pourquoi nous faire courir comme des sauvages si on sait que le montant de nos indemnités ne dépasse même pas le 0,4% du budget du festival soyons raisonnables alors!
Pourquoi à chaque fois il faut faire du bruit pour qu'ils reviennent dire qu'ils étaient pas au courant de la situation alors que c'est tout à fait fausse. Car Abdoulaye Wade le Président de la République, le Ministre de la Culture Mame Bousso Léye , Alioune Badara Béye Le Coordinateur Général du Fesman 3 ainsi que Abdou Aziz SOW le nouveau délégué sont tous au courant de la galère qu'on vit actuellement. Nous ne nous battons pas pour des positions mais c'est difficile de voir quelqu'un qui vous doit 100francs Cfa entrain d'offrir des 10 000francs Cfa à des inconnus partout ou vous passez donc soyons honnêtes et disons le haut et fort c'est de l'injustice.
Ne nous parlez pas de renaissance Africaine car nous sommes entrain de survivre à l'africaine. Payez nous c'est votre devoir et nôtre droit car nous l'avons mérites et nous vivons dans des conditions inimaginables. Avant de faire la fête il faut avoir le ventre plein.

Fodé Wagué
Ancien Technicien au Fesman 3
Balingoh@live.fr
Contact 77 972 68 71

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter